Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

publicité

DDB Paris accélère sur le digital

25/11/2009 - par François Kermoal

Matthieu de Lesseux, ancien patron de Duke, coprésidera l'agence aux côtés de Bertrand Suchet et Jean-Luc Bravi. Le triumvirat promet un nouveau modèle d'agence.

Les rumeurs de son arrivée chez DDB ont circulé dès son départ de la présidence de l'agence française Duke, en septembre dernier, après le rachat de sa maison mère Razorfish par Publicis Groupe. Bingo ! Mercredi 25 novembre, Matthieu de Lesseux a installé ses affaires au 7e étage de l'immeuble de DDB, rue d'Amsterdam, à Paris, tournant la page d'une aventure qui aura duré dix ans.

 

Cette figure du Web, qui a longtemps présidé l'Association des agences-conseils en communication interactive, devient coprésident de DDB Paris aux côtés de Bertrand Suchet et Jean-Luc Bravi. Une nouvelle surenchère dans le microcosme très consanguin de la publicité, où les pure players du Net ont longtemps été regardés avec défiance. La semaine dernière, Philippe Simonnet, ex-Publicis Net, a été nommé vice-président de l'autre agence d'Omnicom, TBWA Paris.

 

L'arrivée de Matthieu de Lesseux s'accompagne d'une profonde réorganisation de l'enseigne: « Matthieu sera tout sauf un nez rouge qui clignote Internet», promet Jean-Luc Bravi, ravi de retrouver son ami. De 1999 à 2001, à l'époque où ils dirigeaient l'agence Louis XIV, Bravi et Suchet possédaient, en nom propre, un bon tiers du capital de Duke. Ils durent céder leur participation au moment de leur nomination à la présidence de DDB Paris.

 

Désormais, c'est toute l'agence DDB Paris qui espère «respirer Web ». Moins de 15% de ses revenus (près de 40 millions d'euros de marge brute pour 300 salariés) proviennent aujourd'hui du digital. Tout reste donc à faire, au moment où les marques investissent de plus en plus ce canal de communication. 

 

Le nouveau triumvirat ne cache pas son admiration pour Goodby Silvertein & Partners, l'agence d'Omnicon dont plus de la moitié des revenus vient d'Internet. Matthieu de Lesseux et Jean-Luc Bravi ont passé récemment quelques jours à San Francisco, histoire de comprendre comment les Américains avaient réussi à bâtir une machine de guerre en moins de deux ans.

 

« La clé de l'intégration est de booster la réflexion, les créations et l'exécution des stratégies Internet », résument Jean-Luc Bravi et Matthieu de Lesseux, qui ont pour amibition de «dessiner un nouveau modèle d'agence ».

 

Rémi Marcelli, ex-patron du planning stratégique de Duke, est arrivé cet été au planning aux côtés de Patrick Faure. Un directeur de la création Web, dont le nom est encore tenu secret, est attendu en provenance de RG/A, l'agence interactive de Nike. Il travaillera avec les patrons créatifs de l'agence, sous la direction d'Alexandre Hervé. Des créatifs au profil Web vont être recrutés. Un programme de formation et de sensibilisation au meilleur des stratégies digitales va être également mis en place. Enfin, les cinquante personnes qui composent Tribal DDB, l'entité qui portait jusqu'à présent les activités Web de l'agence, vont être réintégrées dans le vaisseau DDB Paris. Au passage, le blogueur Thomas Clément, qui codirigeait Tribal DDB avec Jérôme Duchamps, quitte le groupe.

 

 

«Le marché a considérablement changé en deux ans. Je suis persuadé que les agences de communication vont être les mieux placées, dans les années qui viennent, pour gérer les stratégies digitales des annonceurs », martèle Matthieu de Lesseux, qui n'a d'ailleurs jamais caché, même à l'époque où il présidait Duke, que le jour où les agences traditionnelles se réveilleraient, les agences interactives comme la sienne auraient du souci à se faire. «Ce sont les agences de communication qui ont gardé le contact au plus haut niveau chez les grands annonceurs », justifie-t-il, ajoutant que son rôle sera aussi de persuader les grands clients de DDB Paris de faire appel à leurs services pour les stratégies internet. «Goodby a surtout augmenté son business avec sa base de clients », observe Jean-Luc Bravi, qui n'exclut pas pour autant de monter sur les « pitchs » jusqu'alors réservés aux seules agences interactives.

Envoyer par mail un article

DDB Paris accélère sur le digital

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.