Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Agence

4 questions à Rémi Babinet, président fondateur de BETC, sur le Grand Paris

12/02/2018 - par Propos recueillis par Alexis Le Meur

À la suite de la sortie du Guide des Grands Parisiens, BETC s'associe au quotidien Le Parisien pour une édition spéciale baptisée Le Grand Parisien, en kiosque le 13 février. L'occasion e revenir avec le président de l'agence, Rémi Babinet, sur cette opération et sa vision du Grand Paris.

En quoi consiste votre Guide des Grands Parisiens ?
Rémi Babinet : Après pas mal de discussions avec les journalistes d’Enlarge your Paris qui sillonnent la région depuis cinq ans, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il fallait inventer une nouvelle façon de partager et de rendre plus tangible le Grand Paris qui est en train de se construire sous nos yeux. Le premier réflexe que nous avons encore tous pour découvrir un territoire ou une destination, c’est d’acheter un guide. C’est ce que nous avons voulu, traduire un territoire en mots, en découvertes et le faire pour les premiers intéressés que sont Les Grands Parisiens.
Mais au-delà de la compilation de bonnes adresses et de perles rares, le Guide des Grands Parisiens va plus loin. Nous avons voulu proposer une carte inédite, surprenante, qui casse les codes et les stéréotypes, et en priorité ceux du mille-feuille administratif. Ici, Paris et sa périphérie fusionnent, et s’assemblent en un nouveau découpage : huit grands quartiers, qui sont autant de nouveaux pôles, que nous avons baptisés en trouvant à chacun une spécificité : la Fabrique, le Delta, la Street Galerie, le square XXL, l’Océan vert, l’Hypermuséum, le Rooftop, la Petite Riviera.
Le guide des Grands Parisiens est un guide du présent et du futur. Il propose de reconsidérer tout simplement et radicalement notre représentation de Paris. C’est un nouvel imaginaire, une nouvelle carte mentale qui tendent à rendre plus concret à nos esprits le Grand Paris de demain.
 

Pourquoi cette opération avec le quotidien de la capitale ?

R.B. : Pour le lancement du guide des Grands Parisiens, nous cherchions un partenaire qui était déjà emblématique de la capitale, un totem de Paris. L’idée du Parisien s’est imposée tout naturellement puisque c’est le quotidien le plus vendu en Ile-de-France. Nous avions déjà adoré faire la campagne pour le journal en 2000 : « Le Parisien, il vaut mieux l’avoir en journal ».
Quand nous sommes allés les voir, la rédaction réfléchissait justement à monter une opération autour du Grand Paris. Nous leur avons proposé de mettre leur journal à l’échelle du Grand Paris et de faire pour un jour du Parisien le Grand Parisien : un modèle XXL du journal qui paraîtra le 13 février quelques jours après la parution du guide. Avec une campagne d’affichage, des spots radio pour donner le maximum d’écho à l’ensemble. En plus du Parisien, nous avons réussi à fédérer d’autres entreprises autour de la parution du guide des Grands Parisiens : Air France, Disneyland Paris, Groupe Emerige, Enedis, La Poste, RATP, SGP, SNCF. La plupart manifestent pour la première fois leur enthousiasme pour le projet du Grand Paris. C’est devenu une aventure collective.
 
Pourquoi, votre agence, mais aussi vous à titre personnel, êtes aussi concernés par le Grand Paris ?
R.B. : BETC a quitté Paris pour Pantin il y a maintenant un an et demi. Nous avons compris que notre mouvement vers Pantin était la forme que prenait notre intuition qu’il fallait aller vers là où les choses bougent, se réinventent et s’entreprennent. 
Nous nous sommes assez vite aperçus que notre mouvement d’agence s’inscrivait dans un mouvement beaucoup plus grand : Paris est en train de changer radicalement, dynamisé par de grands projets comme le Grand Paris Express, et par l’énergie qu’on ressent de l’autre côté du périphérique. La Société du Grand Paris m’a d’ailleurs proposé il y a deux ans d’être le Président du Fonds de dotation du Grand Paris Express, qui accompagne le projet culturel du futur métro.
Cette réflexion et ce chantier gigantesques vont produire une nouvelle vision de Paris et une nouvelle pratique de Paris. Le grand Paris dont on parle c’est tout simplement le Paris de la génération post-périf, celui qui aura une belle place dans la compétition féroce entre les grandes mégalopoles de ce monde. Nous devons jouer dans cette grande cour. Et montrer que Paris refuse de se laisser enfermer dans cette image de capitale où l’on est sûr d’avoir rendez-vous avec le passé mais où on aurait peu de chances de croiser le futur. 
Paris va se rapprocher de mégapoles comme Londres, Tokyo ou New-York. Mais à sa manière, unique. Sociale, culturelle, entrepreneuriale. On touche aussi évidemment un vecteur fondamental pour l’image et la réputation de la France toute entière. Nous avons la chance de vivre cette révolution.

 

Comment s'inscrit l'agence dans ce contexte ?

R.B. : C’est pour renforcer le sens de notre engagement dans l’aventure du grand Paris que nous avons créé une nouvelle marque : Les Magasins généraux. Nous avons voulu imaginer à l’endroit où s’est installée l’agence un nouveau modèle de lieu pour un autre modèle de ville. Un lieu qui se partage avec le public, avec nos clients et plus généralement avec les acteurs culturels et économiques du futur Grand Paris. Les Magasins généraux dévoilent aujourd’hui leur programmation culturelle annuelle, nous voulons en faire un lieu de destination, pas simplement un lieu de travail ni un lieu de passage.
Les Magasins généraux sont un centre de création au cœur de l’énergie du Grand Paris. Nous sommes convaincus que la culture et la création relient les gens les uns aux autres comme peu de choses savent le faire. Les Magasins généraux incarnent cette conviction, qui est dans l’ADN de l’agence BETC, en développant de nouveaux contenus culturels, sans limite de forme : saisons culturelles, festivals, expositions, ateliers, projets d’édition, rencontres…
Depuis son origine, BETC s’est développée en créant des stratégies de transformation originales pour ses clients : entreprises, marques, associations, institutions, artistes. La création comme force de transformation a toujours été mon obsession. Avec les Magasins généraux, BETC, dans un monde des media, de la culture et de la communication en plein bouleversement, continue à défricher de nouveaux territoires et à expérimenter de nouveaux formats.

Envoyer par mail un article

4 questions à Rémi Babinet, président fondateur de BETC, sur le Grand Paris

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies