Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Expérience

Productman, l'architecte derrière Illucity

28/11/2018 - par Thomas Pontiroli

La filiale de l’agence Buzzman prend du galon avec le projet de salle d’arcade nouvelle génération consacrée à la réalité virtuelle, dont elle a piloté le concept, le design, la plateforme et l’expérience.

Illucity, «c’est l’hallu». Le centre de réalité virtuelle s’étendant sur 1 000 mètres carrés, Porte de la Villette à Paris, ouvre ses portes au public le 28 novembre. Pour la journée presse, les journalistes et blogueurs se sont bousculés pour venir découvrir ce qui est désormais le plus grand centre du genre dans le pays. En tout, 20 jeux que le tenant des lieux préfère appeler expériences: simulation auto, escape game ou encore survie à une attaque de zombies.

Derrière, la société Ymagis, fournisseur de technologies numériques pour le cinéma. Elle voulait diversifier son activité et se doter d’une base de loisirs familiaux. Budget: 1,5 million d’euros. Aux manettes, Productman. Spin-off de l’agence de pub Buzzman, l’entité pilotée par François Phan et Loïc Cessot a repoussé les limites du productising.

Mission zéro friction

 Créée il y a un an et demi pour aider les marques à lancer de nouveaux produits, services ou expériences, Productman est ni un cabinet de conseil, ni une agence de design et pas non plus un start-up studio. Productman est un peu de tout. «Notre mission est de créer des offres, des business units, bref du chiffre d’affaires», pose Loïc Cessot. «Là où un cabinet de conseil ferait une étude de marché et s’arrêterait là, nous on accompagne le client sur la dimension créative.»

Dans le cas d’Ymagis, le travail a porté sur la définition d’une plateforme de marque. «En jouant sur le thème des illusions, on ne ferme la porte à aucune technologie. Aujourd’hui la VR, et demain peut-être des hologrammes, de la réalité augmentée ou autre», précise François Phan. Sur place, le design a lui aussi été soigné, selon plusieurs principes.

Primo, que le parcours client soit le plus fluide possible. Secundo, qu’il soit «instagrammable», histoire de s’assurer d’un minimum d'écho en ligne. Le ton est donné dès l’entrée avec la haie d’honneur de nains de toutes les couleurs.

Vers de la VR de marque?
Jusqu’à présent, Productman s’était limité à des produits ou services. Pour Super U, l’agence avait conçu Urentrée.com, une plateforme mettant en relation les magasins U avec les collèges alentours afin de réduire l’achat des fournitures scolaires, «un moment de souffrance en consommation», à sa plus simple expression.

En ouvrant un centre de VR, l’agence montre ici qu’elle peut aider à créer une vraie entreprise. En plus des honoraires classiques d’agence, Productman se rémunère avec des «success fees», censés couvrir le «fort risque» encouru. Comme un incubateur de start-up, l’agence ne sait finalement pas si le projet va prendre ou pas. Ymagis veut multiplier les centres en France sur le modèle de la franchise, et contribuer à refaire le retard du marché français. Aux États-Unis, des concepts comme The Void ou Zero Latency ont ouvert la voie en 2015.

Si Illucity est un pari réussi, l’agence entrevoit déjà de développer du brand content en réalité virtuelle… De là à imaginer Productman plonger le joueur dans les cuisines de Burger King, gros client de Buzzman, il n’y a qu’un pas.

Envoyer par mail un article

Productman, l'architecte derrière Illucity

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.