Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Digital

Les ambitions de la France en matière d'IA

29/11/2018 - par TP avec AFP

L'ambition de la France est de faire en sorte, avec l'Allemagne, que l'Union européenne «soit capable de rivaliser avec la Chine et les États-Unis» explique le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le gouvernement a présenté mercredi 28 novembre sa stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle, qui prévoit 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022, en capitalisant sur la tradition française de recherche en mathématique pour se hisser au plus haut niveau.

Le plan présenté à Toulouse par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal et le secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi reprend des propositions du rapport du député et mathématicien Cédric Villani, en mars dernier. «L'ambition de la France est claire, il s'agit de faire en sorte, avec l'Allemagne que l'Union européenne soit capable de rivaliser avec la Chine et les États-Unis» en matière d'intelligence artificielle, explique-t-on au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Dans une interview aux Échos, Frédérique Vidal a expliqué que la France voulait faire partie des précurseurs dans certains domaines d'application de l'intelligence artificielle comme la santé et le transport, pour acquérir une position centrale. «La France peut se positionner comme un acteur majeur dans les domaines où nous avons une certaine avance, à commencer par exemple par la santé: nous sommes l'un des pays au monde qui a les plus grandes bases de données, du fait de notre système centralisé», a indiqué la ministre de l'Enseignement supérieur.

«Nous avons également, au travers de Galileo (le système européen de géolocalisation par satellites) des infrastructures et des données de navigation par satellite au meilleur niveau mondial», a-t-elle ajouté.

Supercalculateur

Selon les deux ministres, l'État va notamment consacrer 200 millions d'euros aux «3IA», des centres interdisciplinaires appelés à devenir les vaisseaux amiraux de la recherche française en intelligence artificielle. Quatre pôles universitaires sont candidats, à Paris, Toulouse, Grenoble et Nice.

Une centaine de millions d'euros supplémentaires viendront des entreprises, les 3IA ayant vocation à rapprocher recherche publique et privée. Au total, ces 3IA devraient représenter environ 150 chaires en intelligence artificielle, auxquelles viendront s'ajouter une quarantaine de nouvelles chaires dans d'autres établissements d'enseignement. Le gouvernement entend par ailleurs augmenter les financements de doctorants en intelligence artificielle.

Il veut à terme doubler le flux annuel de ces doctorants, qui est actuellement d'environ 250, selon le ministère. Le gouvernement prévoit également une enveloppe de 115 millions d'euros pour investir dans les superordinateurs, dont la puissance de calcul est nécessaire pour que les chercheurs puissent mener à bien leurs recherches.

Le laboratoire Idris du CNRS à Saclay en région parisienne verra ainsi entrer en fonction en 2019 un nouveau superordinateur, dont une partie des capacités sera réservée à l'intelligence artificielle. La machine aura au total une capacité de calcul de 10 petaflops, de quoi approcher le top 10 mondial des supercalculateurs les plus puissants du monde.

Grands défis

Le plan présenté par le gouvernement prévoit également 115 millions pour les coopérations, notamment avec l'Allemagne, et 100 millions d'euros pour les «Grands défis», des programmes de recherche ciblés. Grâce à sa forte tradition de recherche mathématique, la France est l'un des pays en pointe dans la recherche en intelligence artificielle, derrière la Chine et les États-Unis mais au côté de pays comme Israël, le Royaume-Uni et le Canada.

Plusieurs grands noms de la technologie mondiale sont en train d'installer ou de renforcer des équipes de recherche en intelligence artificielle en France, à l'image de Google, Samsung, IBM, Fujitsu, DeepMind ou Facebook. Le réseau social dirigé de Mark Zuckerberg contribue d'ailleurs à hauteur de 5 millions d'euros au plan annoncé par Frédéric Vidal et Mounir Mahjoubi.

Un don de 2 millions d'euros du géant américain va permettre de financer un projet de constitution de jeux de données autour du développement durable (évolution de la destination des sols, stress hydrique, changement climatique...). Facebook va également apporter 3 millions de dollars pour le renforcement de la puissance de calcul française en intelligence artificielle.

Envoyer par mail un article

Les ambitions de la France en matière d'IA

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W