Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CONSEILS EN CHOIX D'AGENCE

Vidéothèque change de tête

09/06/2000

Bernard Petit succède à Michel Chevassus à la tête du cabinet de conseil en choix d'agence.

Changement en douceur à la tête de Vidéothèque... malgré quelques éclats de voix consécutifs à la négociation qui a eu lieu pour l'occasion. Ou plutôt à la double négociation car l'opération a été réalisée en deux temps. La maison-mère de Vidéothèque, la holding HSM d'Hervé de Clerck, qui contrôle aussi la société d'études Maesina et le site adforum. com, a d'abord racheté les 49% détenus par Michel Chevassus. Après six ans passés à la tête de Vidéothèque, celui-ci aurait fait part de son intention de partir. Il a fallu ensuite lui trouver un successeur. Bernard Petit, qui avait quitté l'agence McCann-Erickson à la fin mars, n'a pas laissé passer l'occasion.«J'ai travaillé quinze ans chez Unilever, puis quinze ans dans la publicité avec successivement une direction d'agence locale, Ecom, une direction d'agence internationale, Grey, et une coordination internationale sur les pet-food Nestlé chez McCann-Erickson,explique Bernard Petit.J'avais le sentiment d'avoir fait le tour de la question et je voulais m'orienter vers le métier de consultant. Vidéothèque est tombé à point nommé.»Au passage, il acquiert une «large majorité» du capital du cabinet conseil en choix d'agence.«Je deviens un simple actionnaire minoritaire,explique Hervé de Clerck.Dans la mesure où je vais être amené à travailler avec les différents conseils en choix d'agence pour le site adfo rum.com, il était difficile de garder le contrôle de Vidéothèque: nous aurions été à la fois juge et partie. Et ce projet me prend beaucoup de temps et d'argent...»

Développer Internet

Bernard Petit, cinquante-quatre ans, a fixé deux nouveaux axes de développement pour Vidéothèque, qui a réalisé l'année dernière 7millions de francs de chiffre d'affaires pour cinq salariés: l'international et, surtout, Internet, en s'appuyant sur le département déjà existant, Vidéothèque.net. De quoi rester dans la course avec l'autre grand acteur du marché, Gibory Consultant. Une société qui, elle aussi, devrait bientôt changer de tête puisque Sabine Gibory a déjà prévu de passer la main à Philippe Ollivier dans les mois à venir.

Envoyer par mail un article

Vidéothèque change de tête

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.