Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Communication

Devarrieuxvillaret: il n'y a pas que la pub dans la marque

20/10/2000

Avec Devilstudio, l'agence de Benoit Devarrieux et Jean-Pierre Villaret s'ouvre au design sonore, au design graphique et à l'éditorial. Dirigée par Fabrice Brianson, cette entité interviendra sur «toutes les formes de langage».

Les sujets de communication avant les budgets de publicité.»Benoit Devarrieux a le sens de la formule et manie toujours avec talent la rhétorique. Mais au-delà de l'effet de style, la philosophie de son agence créée en 1995 avec Jean-Pierre Villaret n'a pas bougé d'un iota. Devarrieuxvillaret s'intéresse aux problèmes des marques, des entreprises et des institutions, et pas seulement à leur expression publicitaire. L'agence concentre son énergie sur une vingtaine de clients importants comme le Crédit lyonnais, la SNCF ou Alcatel, pour ne citer qu'eux. Elle a réalisé en 1999 une marge brute de 152,6millions de francs. Une taille suffisante qui lui permet de se lancer dans de nouveaux développements. Même si la publicité a vocation à rester son activité principale, l'agence compte s'intéresser aux nouveaux modes de relation marques-clients.«Notre mission doit faire face à une fragmentation de la relation avec les consommateurs,martèle Benoit Devarrieux.Le rôle fédérateur, rassembleur, de la publicité est certes essentiel, mais nous devons aussi intervenir partout où s'exerce une relation commerciale avec une marque. Ce qui nous conduit à redéfinir nos métiers, à innover.»Cette redéfinition ne passera pas par des acquisitions dans le marketing services ou Internet. Elle donne naissance à une nouvelle structure au sein de l'agence. Baptisée Devilstudio, dotée d'une dizaine de collaborateurs, elle est pilotée par Fabrice Brianson, responsable des médias de l'agence. Son champ d'intervention est large puisqu'elle entend se saisir de«toutes les formes de langage».

Des précédents avec Libération et Nova

Trois priorités ont été définies: le design sonore(création, droits musicaux...), le design graphique («nous ne sommes pas des marchands de logos») et l'éditorial. Un territoire que connaît bien Benoit Devarrieux. On lui doit notamment les suppléments magazine deLibérationpubliés en mars et octobre 1999. L'agence s'est chargée de la conception, de la réalisation et de la production. Même scénario en mars 2000 avecNova magazinepour son supplément mode. Une expérience qui va se répéter le 26octobre avec le lancement d'Icônes,supplément créé avecL'Expansion(lire encadré).«C'est une expertise de communication à développer,insiste Benoit Devarrieux.Le niveau de qualité rédactionnelle est inédit et la volonté d'innovation forte.»Devilstudio compte à très court terme s'appuyer sur des partenaires en marketing services et des experts en nouvelles technologies.«Ce doit être un lieu où toutes sortes de créatifs se mélangeront. Les profils viennent de la vidéo, de la musique, de la TV, de la mode ou de la presse.»Devilstudio est bien sûr au service des clients de l'agence - des chantiers seraient déjà lancés avec la SNCF -, mais il a aussi vocation à traiter des dossiers en direct.

Envoyer par mail un article

Devarrieuxvillaret: il n'y a pas que la pub dans la marque

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.