Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien

Henri-Christian Schroeder : Les financiers apprécient le modèle WPP

08/12/2000

Henri-Christian Schroeder, président de Corporate Resources Management (CRM), est un spécialiste des fusions-acquisitions dans le domaine de la communication. Il considère que les marchés sont favorables à la création de nouveaux géants publicitaires.

De plus en plus de sociétés de la communication font appel aux marchés financiers. Cette tendance va-t--elle, selon vous, s'afficher dans la durée? Henri-Christian Schroeder. La période est plutôt favorable, elle n'a même jamais été aussi excitante depuis bien longtemps. Les financiers ont de l'argent à investir et le marché va continuer à aller très bien pendant trois, voire cinq ans. À moins que le conflit actuel au Moyen-Orient ne dégénère, que les États-Unis soient en crise d'ici là ou que la France persiste à ne pas faire baisser les prélèvements obligatoires. Comment les groupes de communication peuvent-ils profiter pleinement de cette euphorie? H-Ch.S. La publicité va faire rêver à nouveau le consommateur en s'appuyant sur les règles de l'entertainement. C'est très important, car les loisirs vont prendre en France, dans les années qui viennent, de plus en plus d'importance avec la mise en place généralisée des 35heures. La mondialisation va également contribuer au financement des grands groupes de communication. Les marchés financiers apprécient, par exemple, dans le secteur publicitaire, le modèle économique des WPP et Omnicom. À côté de ces deux géants, il me semble qu'il y a encore de la place pour la création de deux autres grands réseaux mondiaux. Selon vous, quels seront les heureux élus? H-Ch.S. Havas Advertising, Publicis et Grey ont leur chance. À eux de savoir la saisir. L'industrie financière valorise les modèles économiques qui ont un parti pris soit mondialisant, soit de proximité. Elle recherche également les entreprises qui intègrent des métiers différents pour présenter une offre complète, tant dans un secteur d'activité que pour répondre aux attentes globales d'une marque. Elle apprécie aussi les groupes qui conjuguent la communication, l'entertainment et la technologie. Dans tous les cas, les financiers exigent que les sociétés soient gérées réellement, c'est-à-dire qu'elles présentent des résultats d'exploitation positifs. On est loin des start-up de la nouvelle économie... H-Ch.S. L'intérêt excessif pour les dotcoms a été accentué, l'an dernier en France, par une Bourse peu chère, la crise asiatique et un marché américain bloqué. Aujourd'hui, la correction est forte, car il faut trouver le bon curseur entre nouvelle et ancienne économie. Les financiers, notamment les établissements de crédit, ne se détournent pas complètement des dotcoms. Seulement, ils sont plus prudents et exigent, par exemple, des propriétaires des start-up une caution sur leurs biens personnels ou sur des opérations de titres. Dans ce domaine, on assiste à une sophistication de la notion de crédit. Certains imposent ainsi, pour un prêt de 10millions de francs, d'emprunter 11millions de francs et de leur reverser immédiatement le différentiel, à savoir 1million. Cette pratique ne risque-t-elle pas de limiter l'activité? H-Ch.S. Pas du tout, il n'y a jamais eu autant de fusions-acquisitions. Que ce soient des agences en difficulté qui n'arrivent pas à gérer les incidents de paiement, ou des entreprises en bonne santé qui disposent d'un savoir-faire reconnu. Seul problème, comme il y a de moins en moins d'opportunités et de plus en plus d'acheteurs, on constate une surchauffe sur les prix.

Envoyer par mail un article

Henri-Christian Schroeder : Les financiers apprécient le modèle WPP

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.