Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Agence

BDDP, quatre petites lettres et puis s'en vont

09/02/2001

Une page se tourne à l'agence de publicité BDDP, qui abandonne définitivement ses initiales pour devenir TBWA\Paris. Dans la foulée, deux nouveaux patrons sont nommés.

En novembre 1983, Jean-Claude Boulet, Jean-Marie Dru, Marie-Catherine Dupuy et Jean-Pierre Petit créaient l'agence de publicité BDDP, à partir des initiales de leurs noms. Dix-sept ans plus tard, alors que l'enseigne est passée dans le giron des Américains de TBWA (groupe Omnicom), une page se tourne: adieu BDDP, place à TBWA\Paris. La transition, à en croire Marie-Catherine Dupuy, la présidente de l'agence en charge de la création, est totalement indolore.«BDDP est sans doute l'une des agences de la place où l'ego compte le moins»,estime-t-elle. Ces initiales ne correspondaient d'ailleurs plus à grand-chose puisque deux des fondateurs ne font plus partie de l'équipe: Jean-Pierre Petit est parti chez McDonald's (devenu le premier client de l'agence) et Jean-Claude Boulet a créé une nouvelle agence, Harrison&Wolf. Surtout, comme l'explique le nouveau président de l'agence, le Franco-Anglais Philip Purdon,«nous appliquons simplement à nous-mêmes quelque chose que nous recommandons tous les jours à nos clients: mettre en avant une marque claire, simple et internationale».

Nouveau management

Plus que du changement de nom - que les précédentes appellations BDDP@TBWA puis BDDP\TBWA laissaient déjà augurer -, la surprise vient du nouveau management promu à la tête de l'enseigne. À quarante-trois ans, Philip Purdon a certes déjà dirigé une agence, Leo Burnett Paris, mais cela remonte à 1985. Depuis, il s'était en particulier illustré en coulisses sur Procter&Gamble (Saatchi&Saatchi), Unilever (Lowe Lintas&Partners) et, à partir d'avril 2000 chez TBWA, sur le budget Nissan en Europe. Outre ses qualités professionnelles, ses relations d'amitié avec Nick Baum, le président du groupe TBWA\France, l'auront sans doute aidé à prendre la place laissée vacante, il y a six mois, par Éric Delannoy. Plus surprenante encore est la promotion d'Arthur Sadoun, vingt-neuf ans, entré chez BDDP fin 1998. L'ascension fulgurante de ce jeune publicitaire doit sans doute beaucoup à l'énergie qu'il dégage. Mais il est aussi l'un des poulains de Jean-Marie Dru, le patron du réseau TBWA en dehors des États-Unis. Ce dernier est d'ailleurs resté le vrai patron de l'ex-BDDP. Ne s'est-il pas permis, avant même l'annonce officielle aux salariés du groupe, d'accorder une interview-fleuve auFigaro,sobrement titrée «TBWA travaille sur l'avenir du métier»?

De retour sur la scène

Diffuser à l'ensemble des budgets de l'agence le niveau créatif atteint sur certaines campagnes comme Bic ou PlayStation (primées aux derniers Eurobest) et surtout verrouiller les circuits de décision: telle est la double mission confiée aujourd'hui au trio dirigeant. Les prochaines campagnes de l'agence pour Nissan ou Axa devraient permettre de confirmer le retour sur le devant de la scène d'une agence qui, avec Natalie Rastoin (Ogilvy&Mather), Éric Tong Cuong (Euro RSCG BETC) ou Nicolas Bordas (BDDP&Fils, seul à garder le sigle d'origine) aura fabriqué quelques-uns des publicitaires les plus talentueux de leur génération.

Envoyer par mail un article

BDDP, quatre petites lettres et puis s'en vont

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies