Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

DESIGN

Passage de témoin chez Hotshop

24/04/1998

Le monde du packaging vient de subir un miniséisme. À trente-six ans, Philippe Jimenez, directeur artistique de l'agence CB'A depuis dix ans, devient directeur de la création de la concurrente directe, Hotshop. Voilà qui pourrait entraîner quelques redistributions de budgets, au vu de la propension qu'ont certains annonceurs à suivre leurs créatifs fétiches.«Ce n'est pas l'objectif principal,dément Raymond Redon, le Pdg de Hotshop.Philippe Jimenez vient d'abord pour encadrer notre équipe de quinze créatifs et pour fidéliser les clients acquis.»Son arrivée permet aussi à Raymond Redon, cinquante-quatre ans, de passer le flambeau à une nouvelle génération, sans pour autant se désengager ni de la gestion de l'agence ni du suivi de la clientèle.«Je rigole en disant que même les chiffres, ça peut être intéressant,plaisante le designer,mais il y a un peu de vrai quand même.»

Bonne santé financière

D'ailleurs, côté chiffres, l'agence affiche une santé insolente. Avec vingt-six salariés, Hotshop a clôturé l'année 1997 sur 12,5millions de francs de marge brute et un résultat qui devrait tourner autour des 2MF. La dégringolade enregistrée en 1994 n'est plus qu'un mauvais souvenir. Cette année-là, Hotshop avait quitté le giron de BDDP et avait dû licencier la moitié de ses effectifs, soit une vingtaine de personnes.«Je mentirais en disant que le redressement a été facile,explique Raymond Redon,ce n'est jamais le cas quand une agence passe de 30à 6MF de marge brute.»Entré comme designer chez Lonsdale en 1966, puis devenu patron de Hotshop en 1981 avant de l'adosser à BDDP en 1986, Raymond Redon a la peau dure. Entouré de deux directeurs associés, Stephen Pisani et Xavier Poggi, et maintenant de Philippe Jimenez, qui sera lui aussi bientôt intéressé au capital, il a réussi à développer son portefeuille de clients (L'Oréal, Monoprix, Bel, Lindt, Schweppes ou Leroux), sans pour autant céder aux pratiques des compétitions gratuites qui ont encore trop souvent cours dans le métier. Ce n'est pas la moindre fierté du designer.

Envoyer par mail un article

Passage de témoin chez Hotshop

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies