Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Agences

De Bonneville Orlandini, le joker créatif de Pema

20/04/2001

Après les rachats de Peyrat & Associés par SR Teleperformance et d'Ayrault & Associés par High Co, De Bonneville Orlandini et Pema finalisent leur rapprochement. Ces opérations illustrent la volonté des enseignes indépendantes de trouver d'autres solutions que leur absorption par de grands groupes.

Pierre de Bonneville et Michel Orlandini seront-ils les princes charmants de Pema, la «belle endormie»? Depuis plusieurs semaines, les codirigeants de l'agence De Bonneville Orlandini négocient un contrat de mariage en bonne et due forme avec le groupe de communication business to business et corporate de Jean-Louis Courtois. Rien n'est encore signé mais l'affaire est en bonne voie. Avec ce projet, les protagonistes affichent clairement leur volonté de donner un nouvel élan à leur structure respective.

Passer la vitesse supérieure

Après de multiples tentatives d'associations et de réorganisations, Jean-Louis Courtois, le président du groupe Pema, compte doter son groupe (45,1millions de francs de marge brute en 2000) de cette patte créative qui, espère-t-il, lui permettra de passer la vitesse supérieure. De son côté, 25ans après sa création, l'agence De Bonneville Orlandini (10,2millions de francs de marge brute) ne trouve plus dans son statut d'indépendante les moyens d'offrir cette large palette de services que recherchent de plus en plus d'annonceurs.«Nous n'avons jamais été une agence purement publicitaire, mais nous avions besoin de professionnaliser nos différentes offres hors-médias. Le rapprochement avec le groupe Pema devrait nous permettre de constituer un vrai groupe de communication»,explique Pierre de Bonneville. Ce type de conversion aux joies de la communication globale se multiplie. Les irréductibles publicitaires indépendants sont de plus en plus nombreux à céder aux sirènes des groupes intégrés. Mais, signe des temps, hormis Callegari Berville qui a été racheté par Grey, ils paraissent tous préférer les groupes de communication hors-médias. L'agence Fenech&Le Barazer s'est associée fin 1999 à Ideus Company, un groupe à l'origine centré sur le marketing relationnel et le corporate. Tout récemment, Ayrault&Associés a fait affaire avec le groupe de marketing relationnel High Co, tandis que Peyrat&Associés s'est fondu pour sa part dans SR Teleperformance, spécialisé dans les centres d'appels et les marketing services.«Se marier avec un grand groupe publicitaire pose d'emblée le problème de savoir si l'on ne va pas se retrouver noyé dans la masse,confie Gérard Fenech.Un groupe à taille humaine comme Ideus Company permet de rester opérationnel et de jouer vraiment la carte de l'offre globale vers laquelle, d'ailleurs, reviennent de grands groupes comme Publicis.»C'est cet impératif qui a décidé Pierre de Bonneville et Michel Orlandini à rejoindre le groupe de Jean-Louis Courtois.«Nous avons le sentiment de pouvoir les aider du fait de la forte complémentarité de nos métiers»,précise Pierre de Bonneville. Le publicitaire envisage déjà, pour le futur groupe, des développements dans le multimédia, le design et le marketing relationnel. En somme, et trop de grands groupes tendent à l'oublier, l'essentiel pour ces publicitaires entrepreneurs est finalement d'avoir le sentiment de toujours exister.

Envoyer par mail un article

De Bonneville Orlandini, le joker créatif de Pema

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies