Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Production

Opération redéploiement pour Première heure

27/04/2001

La galaxie Première heure a perdu une étoile avec le départ de son réalisateur vedette Frédéric Planchon. Mais le groupe présidé par Patrice Haddad maintient sa stratégie d'organisation en labels et prépare plusieurs acquisitions, en France et à l'étranger.

Si vous titrez votre article "L'après-Planchon", c'est que je me suis mal fait comprendre.»Du haut de son bureau-vigie qui domine le gigantesque hall de Première heure, Patrice Haddad, le PDG de la société de production basée à Saint-Cloud, commente avec flegme le départ de son réalisateur emblématique, Frédéric Planchon. Le réalisateur de mémorables campagnes Peugeot est désormais représenté en France par Irène, une maison de production fondée par un transfuge d'Entropie, Guillaume de Bary. À l'international, il est sous la bannière d'Academy, les producteurs de Jonathan Glazer, le réalisateur outre-Manche des célèbres films Guinness.«J'avais l'impression d'être sur la même longueur d'ondes avec eux, de faire du meilleur travail,explique Frédéric Planchon.Quand les relations sont faussées par des rancoeurs, mieux vaut ne pas s'acharner.»Patrice Haddad, lui, ne se voyait pas partager son poulain:«Après dix ans de collaboration, je serais devenu un simple agent, une boîte aux lettres.»D'autant que Première heure a ses propres ambitions à l'international. Déjà présent aux États-Unis, le groupe compte y renforcer son implantation, et acquérir des sociétés en Grande-Bretagne et en Espagne. Il est conseillé par l'ancien publicitaire Daniel Colé dans ses projets d'acquisitions et de partenariats. Mais Patrice Haddad ne veut pas devenir«exportateur de talents français». «Notre stratégie, c'est le multi-local,explique-t-il.Si nous allons en Angleterre, ce sera avec des Anglais, aux États-Unis avec des Américains. Les Anglo-Saxons n'ont que faire de la French touch. En revanche, ils sont toujours en attente de nouvelles structures pour représenter leurs réalisateurs locaux.»En France, Première heure, qui s'est dégagé de sa participation dans Movie Box, poursuit son organisation en labels, initiée il y a un an. Outre la production publicitaire, où le groupe représente des réalisateurs aussi prestigieux que Sébastien Chantrel, Xavier Giannoli, Philippe Pollet-Villard ou Erick Zonca, il s'est développé dans la post-production, la photo, la musique ou le multimédia (voir l'encadré). Patrice Haddad a débauché Jérémie Morichon, le TV producer de DDB, pour animer le Dynamo de Saint-Cloud, une structure dédiée aux projets spéciaux. Elle vient de réaliser des programmes pour Canal Jimmy et le Palais de Tokyo.

Revenir à l'artisanat

En outre, Patrice Haddad est tombé sous le charme de Fred et Farid, les deux créatifs français de BBH, avec qui il a monté une société spécialisée dans l'écriture de clips. En revanche, il a échoué à créer un nouveau label avec Jean-Louis Uzan, son directeur général des productions depuis quinze ans, parti fonder une société concurrente, Plein soleil.«Il faut retrouver la notion d'artisanat au sein d'un grand groupe,insiste Patrice Haddad.J'en étais arrivé au point où l'on n'osait plus me proposer des films à 500000francs, parce qu'on pensait que je ne savais plus les faire. Ce qui m'intéresse, c'est d'avoir une relation intime avec les artistes et de travailler sur l'idée. Les Anglo-Saxons le font bien, pourquoi pas nous?»

Envoyer par mail un article

Opération redéploiement pour Première heure

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.