Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

MARKETING RELATIONNEL

Le mea culpa d'Impiric

25/05/2001

Daniel Morel, le nouveau patron d'Impiric, revient sur les derniers soubresauts qu'a connus le réseau de marketing relationnel de Young & Rubicam.

Nous sommes avant tout une agence tournée vers le consommateur. Tout miser sur le CRM(1), c'était céder à un effet de mode. Ce n'est qu'une arme dans l'arsenal des marketing services.»D'emblée, Daniel Morel met les choses au point. Pour le tout nouveau directeur monde d'Impiric, dont le bureau est installé à New York, il faut vite oublier les dernières péripéties qui ont agité sa société. Rappel des faits. En mars 2000, Jay Bingle prend la tête de ce réseau historique implanté dans quarante pays, avec quatre-vingts agences et quatre mille employés. Doté d'une nouvelle équipe issue de cabinets de conseil, il met en avant une offre CRM, teintée de consulting et de multimédia. Pour signifier ce changement, il modifie même le nom du réseau, délaissant le célèbre «Wunderman Cato Johnson» pour le moins heureux «Impiric».«C'était une erreur»,reconnaît Daniel Morel.

Se repositionner sur les marketing services

En l'appelant à la rescousse, Martin Sorrell, le patron de WPP, maison mère du réseau, lui a donné les moyens de repositionner Impiric sur les marketing services. Plus de quarante personnes ont été remerciées. Le réseau pourrait changer de nom, à nouveau, même si rien n'est arrêté. Enfin, Lester Wunderman, fondateur de WCJ, a repris du service à l'âge de quatre-vingt-un ans, au titre de président honorifique.«Son esprit vif et ses commentaires éclairés sont très enrichissants. Je déjeune chaque semaine avec lui»,se félicite Daniel Morel. Depuis son arrivée, celui-ci s'est attaché à cerner la satisfaction des clients du réseau (Ford, IBM, AT&T, Ericsson, Danone, Xerox, Citigroup).«Heureusement, ils ne sont guère intéressés par notre cuisine interne»,explique-t-il. L'époque de Jay Bingle n'a pas eu de conséquences trop lourdes. La marge brute d'Impiric, établie, en 2000, à 414millions de dollars, a progressé de 4,15% l'année dernière. Mais, en interne, la déstabilisation a été forte. Il était temps de remettre de l'ordre... (1) Customer Relationship Management ou gestion de la relation client.

Envoyer par mail un article

Le mea culpa d'Impiric

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies