Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Études

La Sofres veut grossir en conservant la ligne

22/03/2002

Denis Delmas a succédé discrètement, en novembre dernier, à Pierre Weill à la présidence de Taylor Nelson Sofres France. Le nouveau patron du numéro un des études en France dévoile son programme.

L'an prochain, la Sofres quittera son siège historique pour un bâtiment flambant neuf dont on peut déjà voir la maquette dans l'immeuble très années soixante de la rue Barbès, à Montrouge.« Cela nous permettra de regrouper sur un même lieu, toujours à Montrouge, les quelque 550salariés du groupe aujourd'hui dispersés sur plusieurs sites »,promet Denis Delmas, président du directoire. Mais pour cet ancien d'Havas Advertising et de Sécodip arrivé en novembre dernier à la faveur de la nomination de Pierre Weill à la présidence du conseil de surveillance, la mission s'annonce autrement plus stratégique qu'un simple déménagement.« Ce n'est pas si facile d'imprimer sa marque dans une entreprise qui marche bien »,s'amuse ce jeune quadra. On ne succède pas à un Pierre Weill, qui avait fait de la Sofres une marque prestigieuse solidement implantée sur son marché, sans avoir envie d'apporter une touche personnelle.

Accélérer la croissance externe

Le numéro un des études en France a enregistré 97millions d'euros de chiffre d'affaires en 2001, en augmentation de 8 % sur un an. C'est mieux que la croissance du marché des études, estimée à 5 % l'an passé.« La Sofres se porte mieux que beaucoup de ses concurrents, mais elle ne fera pas l'économie d'une nécessaire évolution »,affirme pourtant le nouveau patron, qui s'est fixé pour objectif d'accélérer la croissance externe.« Les sociétés d'études sont encore très nombreuses et leurs fondateurs arrivent en fin de carrière,constate-t-il.Avec environ 10 % d'un marché estimé à plus d'un milliard d'euros, nous ne pouvons pas nous considérer comme un leader sécurisé. »

« Notre souhaitons rapidement doubler de taille »,avance-t-il. Mais pas question de racheter tout et n'importe quoi.« Si c'est juste pour additionner de la marge, ce n'est pas très intéressant. Nous cherchons des entreprises susceptibles de dégager une réelle valeur ajoutée, tant du côté des hommes que du positionnement. »

En attendant de concrétiser des acquisitions, le patron de la Sofres travaille sa gamme de produits. En projet, une grosse étude de référence transversale sur les marques devrait voir le jour cet été. L'idée est de bâtir un outil permettant aux marques de mieux cerner leur rayonnement en dehors de leur activité de base. À l'automne, TNS prévoit aussi de lancer un baromètre sur l'opinion et les valeurs des Français.« Ces deux projets mobilisent beaucoup d'énergie, d'argent et d'espoir »,confie-t-il. Enfin, certains secteurs, comme celui des études médias, l'intéressent beaucoup. Le groupe mène d'assez nombreuses d'études ad hoc dans ce domaine mais il s'est fait doubler par son concurrent Ipsos pour ce qui est des grandes études quanti de référence.« Il n'est pas question d'y renoncer »,affirme-t-il.

La société s'apprête par ailleurs à constituer un comité scientifique réunissant des pointures dans tous les domaines des sciences économiques et sociales. Une façon de jouer à plein son rôle de leader des études en France et de valoriser un métier que les entreprises réduisent trop souvent au simple recueil d'informations sur le terrain.

Le nouveau patron en est conscient ; il doit encore travailler à dépoussiérer l'image d'une entreprise trop souvent perçue comme très institutionnelle, voire étatique. Denis Delmas ne boude pourtant pas son plaisir.« C'est un groupe d'une richesse incroyable. Nous avons des équipes jeunes, des savoirs insoupçonnés et une dynamique d'innovation grisante. »

Envoyer par mail un article

La Sofres veut grossir en conservant la ligne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.