Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Festival de Cannes

Palmarès Film : je joue donc je suis

28/06/2002

Le palmarès du Festival international de la publicité à Cannes fait la part belle aux campagnes ludiques et humoristiques. Et n'oublie pas la France, qui repart avec cinq Lions.

Un homme, baguenaudant dans les rues d'une ville qui pourrait être New York, se prend une tape sur l'épaule. Piqué au vif, il entame à son tour une partie de « chat » endiablée, dans les rues, les magasins et les couloirs du métro. Les passants jouent le jeu, en essayant de toutes leurs forces d'éviter d'être touchés. « Play » (Jouez), conclut cette campagne de Wieden&Kennedy pour Nike. Intitulée « Tag », du nom anglais du jeu du chat et de la souris, elle a été couronnée, samedi 22 juin, du Grand Prix Film par le 49e Festival international de la publicité, à Cannes. L'équipementier y abandonne un temps l'univers de la performance pour aborder un terrain plus ludique.

La carte de l'humour

L'amusement et l'humour auront dominé ce palmarès post-11 septembre. Ce n'est d'ailleurs sans doute pas un hasard si Nike a été opposé en finale au film Xbox, de BBH, conçu par les Français Fred et Farid. Sur un mode plus sombre, il incitait à « jouer plus » (« Play more »), en démontrant la vanité et la rapidité de la vie, au travers du vieillissement accéléré d'un nourrisson. « Tag » l'a toutefois emporté assez largement, raflant également le Prix de la meilleure bande-son et le Prix des journalistes.

Les jurés de la catégorie Press&Outdoor, présidés également par Jeff Goodby, patron de l'agence californienne Goodby Silverstein&Partners, avaient eux aussi joué la carte de la gaieté dans leur palmarès. Quoi de plus amusant que la campagne pour le club de vacances 18-30, de Saatchi&Saatchi Londres, sur laquelle on peut jouer à décrypter les multiples saynètes érotiques ? En Film, les Lions d'or, peu nombreux cette année puisque le jury en a décerné seulement treize, ont également primé, en majorité, la drôlerie. Comme dans la campagne « Sofa » de Reebok (Lowe Londres) où un paresseux est poursuivi par son canapé, le film Toyota Celica (Saatchi&Saatchi Los Angeles), dans lequel un chien, courant de toutes ses forces, va s'encastrer dans une voiture de sport à l'arrêt parce qu'elle a « l'air rapide », ou l'hilarante série Fox Sports (TBWA Chiat Day), qui montre les dégâts causés par les objets fabriqués en octobre, pendant la diffusion des championnats de NBA. Le spot pour le Club 18-30 (Saatchi&Saatchi Londres) n'est pas non plus sans humour : l'on y voit un chien qui, inspiré par l'ambiance de stupre qui règne dans le village de vacances, fornique à tout va en multipliant les positions et les partenaires.

Partizan sur la deuxième marche du podium

L'année n'a pas été aussi sombre que prévu pour les agences françaises. En Print, la France a obtenu six Lions (cf.Stratégiesn°1242. Elle en rapporte cinq en Film : un Lion d'or pour la saga Ikea de Leagas Delaney Paris Centre (« La Fourchette », « Les Petites Voitures », « Les Spaghetti ») et trois Lions d'argent pour BDDP&Fils et Manix (« L'Appartement de location »), Euro RSCG Corporate et Airbus (« Le Magma ») et Leo Burnett pour Le Rustique (« L'Avion »). Jean&Montmarin s'est vu attribuer un Lion de bronze pour le tragi-comique spot Dulcolax (« Le Départ »). L'an dernier, la France n'avait décroché que deux Lions (CLM/BBDO pour Brandt et DDB pour Volkswagen). Beau score donc pour les enseignes hexagonales en Print et en Film, même si la France s'est retrouvée écartée des palmarès Cyber et Marketing Direct (lire ci-dessous).

Au final, l'agence de l'année (celle qui a eu le plus de prix sur les compétitions Print et Film) est Saatchi&Saatchi Londres, devant Wieden&Kennedy et Bozell New York. La maison de production britannique Gorgeous Enterprises remporte de son côté la Palme d'or du meilleur producteur. Elle compte dans son écurie le réalisateur Frank Budgen, qui est le grand gagnant du festival : il repart les bras chargés de Lions pour les campagnes Nike, Reebok et Stella Artois (Lowe Londres). À la deuxième place, comme l'an dernier, les Français de Partizan, la société de Georges Bermann.

Un palmarès impeccable, mais sans véritable surprise. À tel point que, durant la remise des prix, Jeff Goodby a exhorté le public, trop docile à son goût, à« faire plus de bruit »! La cuvée publicitaire mondiale 2002, quoique d'un niveau tout à fait honorable, n'aura guère suscité de passions...

Envoyer par mail un article

Palmarès Film : je joue donc je suis

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.