Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

COMMUNICATION

High Co veut gagner en cohérence

27/06/2003

Les changements à la tête de K Agency sèment le doute sur la stratégie d'intégration du groupe High Co. Richard Caillat, son coprésident, cherche à rassurer clients et investisseurs.

Les départs enregistrés à la tête de K Agency, après ceux de Fanny Viélajus chez The Brand City et des dirigeants de Lonsdale, illustrent la difficulté de High Co à réaliser l'intégration de ses agences. Initialement positionné sur les marketing services, ce groupe fondé il y a treize ans (82 millions d'euros de marge brute en 2002 avec 830personnes) essuie la suspicion des analystes financiers, qui l'ont sanctionné par une chute de 80 % de son cours de Bourse en février. Richard Caillat, son coprésident, le reconnaît :« Nous parlons peu et cela nous fait du tort. Nous devons retrouver de la cohérence. »Le départ de Valérie Bagros, présidente-fondatrice de K Agency, en décembre dernier, s'explique selon lui par« sa volonté d'être plus autonome »,alors que le groupe souhaitait« plus d'osmose »dans les relations entre l'agence de publicité et les autres activités.

Électron libre

Ses remplaçants, Florence Cotel, l'une des dirigeantes de l'ex-Kenya, Henri Lavaure et Nicolas Pailleux, ont quitté K Agency début juin - pas pour des problèmes de gestion financière comme cela a pu être dit. Le recrutement de Jean-Christophe Coisy, venu de OMD, à la direction financière de l'agence aurait été prévu par Valérie Bagros, pour répondre à la pression des investisseurs (40 % du capital de High Co sont cotés en Bourse, le reste appartient à parts égales à ses managers et à WPP). Si Richard Caillat reprend définitivement les rênes de K Agency, c'est en raison de« désaccords sur la méthode. L'ancienne équipe n'était pas assez présente auprès des clients. »L'agence travaille pour Pizza Hut, le groupe hôtelier Envergure et des enseignes de distribution.

Avec Fanny Viélajus, redevenue consultante free lance, le désaccord portait sur la vision stratégique. L'ancienne dirigeante de The Brand City, le pôle marque de High Co, avait une approche de cabinet de conseil type McKinsey, trop éloignée, selon Richard Caillat, du coeur de métier du groupe. Son côté électron libre contredisait la volonté d'intégration du président. On sent aussi dans cette séparation un conflit générationnel et culturel, même si Richard Caillat assure que« Fanny Viélajus reste une rencontre importante pour le groupe ».Un constat similaire peut être fait à propos du départ de Sonia Chaine et Gilles Riedberger, responsables de l'agence de design Lonsdale rachetée en 2001.« Ils étaient arrivés au bout d'un parcours,estime Richard Caillat.Je les sentais un peu isolés par rapport au reste du groupe. »L'évolution de l'agence spécialisée en packaging vers l'identité de marque sera pilotée par Chantal Coussaud, venue de DDB. La synergie entre les activités conseil, communication et solutions marketing est sur les rails, notamment pour Pizza Hut.

Envoyer par mail un article

High Co veut gagner en cohérence

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies