Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

restructuration

FKGB, une agence moins divertissante

29/04/2004

Face à un marché du divertissement au creux de la vague, cette filiale de TBWA a dû tourner la page d'une époque dorée.

Ya-t-il un avenir pour les agences de communication sectorielles ? Par pour celles, en tout cas, qui voudraient se spécialiser dans la musique. Deux ans après son rachat par TBWA, pour un montant tenu secret mais que l'on dit substantiel, l'agence FKGB, fondée en 1988 par José Ferré, a dû sérieusement revoir son modèle économique. Le divertissement (« entertainment », selon le jargon en vigueur), qui représentait environ 80 % de sa marge brute avec des clients comme Pathé, Universal Music ou Ubi Soft, ne pèserait plus aujourd'hui que 20 %.« Ce n'est pas un scoop : le secteur est actuellement sinistré, surtout le domaine de la musique »,explique-t-on chez TBWA. De plus, les campagnes pour des acteurs du marché comme le cinéma et les jeux vidéo offrent peu de valeur ajoutée. Ainsi, une affiche de cinéma est facturée 5 000 euros : insuffisant, même si l'on en réalise beaucoup, pour faire vivre une agence... D'où la décision prise par TBWA\France de s'ouvrir à de nouveaux annonceurs : les médias, avec des clients comme Fun Radio et RTL2, ou Nissan (l'un des principaux clients du groupe) pour le lancement événementiel de la nouvelle Micra.

Fonte des effectifs

Ce changement ne s'est pas fait sans casse. Un plan social s'est traduit en janvier dernier par dix-huit licenciements.« Véritable fleuron de la communication dans le secteur de l'entertainment pendant près de quinze ans, l'enseigne s'était hissée seule au premier rang des sociétés de loisirs culturels »,se plaignent, amers, certains des salariés victimes du dernier plan social. Aujourd'hui, les effectifs, qui se montaient un temps à soixante-quinze salariés, se limitent à quinze personnes. Et l'avenir de l'ex-enseigne des Champs-Élysées, rapatriée dans le giron de l'agence de marketing services Tequila à Boulogne-Billancourt, est plus qu'incertain.

Si une structure comme FKGB semble avoir été victime de sa trop grande spécialisation, d'autres agences spécialisées résistent bien. Sur des secteurs d'activité particulièrement dynamiques comme la communication santé, les enseignes font florès. Des « agences de cibles », comme Senior Agency pour les plus âgés ou Altavia Junium et Regenere, spécialisées sur les jeunes, ne montrent pas de signes de ralentissement.

Envoyer par mail un article

FKGB, une agence moins divertissante

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies