Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Lobbying

Redonner à la France une influence européenne

07/10/2004

Apco, l'un des premiers réseaux de conseil en affaires publiques, rachète son indépendance à Grey et se donne de nouveaux objectifs de croissance. Mais, dans l'Hexagone, le cabinet doit faire face à un marché encore immature.

Apco. Derrière ces quatre lettres se cache l'un des principaux acteurs du lobbying dans le monde. Fondée en 1984 par Margery Kraus au sein du cabinet d'avocats Arnold&Porter à Washington, cette société de conseil en affaires publiques vient d'annoncer le rachat de son capital par son équipe dirigeante auprès de Grey Global Group. Actionnaire d'Apco depuis 1991, Grey avait annoncé à la fin de l'année dernière son intention de céder cette activité. Le groupe a donc conclu l'affaire peu après son propre rachat par WPP. Apco, qui compte parmi ses clients six des dix premières sociétés du classement Fortune's Global 500 de l'hebdomadaireVariety, emploie environ 400personnes réparties dans 24 bureaux dont un à Paris, créé fin 1998.

En France, pourtant, l'aura d'Apco reste limitée. Il est vrai qu'avec sa dizaine de collaborateurs, le cabinet parisien dirigé par Claire Boussagol n'est pas encore de taille à se mesurer à ses homologues bruxellois ou londonien (une quarantaine de salariés chacun) et encore moins au bureau de Washington, qui compte plus de 150 salariés.« Le marché français des affaires publiques est encore peu développé »,reconnaît Claire Boussagol.

Un petit marché très disparate

Même si aucun chiffre officiel n'existe, la fourchette des investissements consentis en France dans des actions de lobbying se situe entre 30 et 40 millions d'euros.« Mais travailler pour des clients internationaux comme Federal Express, le Fonds mondial des vaccins, l'Unicef, la banque mondiale ou l'OMS nous permet d'entretenir de forts liens avec Bruxelles, où se passe aujourd'hui l'essentiel de notre métier »,ajoute Claire Boussagol.

De fait, tous les professionnels s'accordent sur un point : le siège de la Commission européenne est devenu incontournable. Une évidence que les entreprises et surtout les hommes politiques français ne semblent avoir faite leur que depuis peu. Le déclencheur a été, de l'avis général, le rapport du député Jacques Floch présenté en mai dernier à l'Assemblée nationale, selon lequel la présence et l'influence de la France dans les institutions européennes se sont sensiblement affaiblies ces dernières années.« Cela a suscité un intérêt pour le lobbying et montré la nécessité d'agir désormais directement auprès de la Commission, et pas seulement auprès de son gouvernement. Dans une Europe à vingt-cinq, il est indispensable de nouer des alliances pour défendre ses dossiers »,note Jean-Christophe Alquier, directeur associé de Communications&Institutions, et président de l'Association française des conseils en lobbying.

Mais selon Xavier Delacroix, président de F42, filiale lobbying d'Edelman et fondateur de l'Association française des conseils en affaires publiques,« en France, le lobbying est encore honteux. On en a une vision très étroite basée sur l'activation de petits réseaux franco-français. »Bref, en France, le petit marché très disparate du conseil en lobbying, réunissant aussi bien des structures nationales indépendantes que des filiales d'agences publicitaires, de réseaux internationaux de relations publiques ou de cabinets d'avocats (lire l'encadré), doit s'attendre à de profondes mutations.

Envoyer par mail un article

Redonner à la France une influence européenne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.