Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

corporate

Une agence photo dans les favelas

16/12/2004

Un photographe français s'attaque au marché de l'image sociale et environnementale, en donnant des appareils photos aux jeunes d'un bidonville de Rio de Janeiro.

Depuis l'adoption de la loi sur les nouvelles régulations économiques, les entreprises françaises cotées en Bourse ont l'obligation de présenter chaque année un bilan de l'impact sociétal et environnemental de leurs activités. Vincent Rosenblatt, un photographe français installé au Brésil, a eu l'idée de fournir à ces multinationales des images éthiques et équitables pour illustrer leurs rapports annuels, leurs plaquettes ou leurs sites Internet. Plutôt que de prendre seul les photos, il a choisi d'aider les habitants des bidonvilles de Rio de Janeiro à fixer eux-mêmes sur la pellicule leur réalité quotidienne.

Un fonds unique et des achats équitables

Ainsi, depuis deux ans, une dizaine d'adolescents parcourent à pied les minuscules ruelles des favelas de la ville à la recherche de nouveaux sujets. Un regard sur la ville original,« loin des images de violence dans les bidonvilles qui font écran dans la presse et dans les esprits »,note Vincent Rosenblatt.

Le projet Olhares do Morro (« Regards sur la colline »), soutenu par la Fnac, s'est structuré pour devenir aujourd'hui un collectif disposant d'un fonds documentaire unique de plus d'un millier de photos, consultables en partie sur Internet. Un nouveau site Web destiné aux professionnels devrait ouvrir au moment du lancement de l'année du Brésil en France, en mars 2005.

Déjà, le deuxième fournisseur d'électricité brésilien Furnas a acheté une série d'images sur le thème de l'électricité piratée et détournée dans les bidonvilles.« Un choix artistique, mais également un achat éthique équitable qui favorise le développement durable »,commente Vincent Rosenblatt, qui a également collaboré sur le sujet avec le groupe Essilor. Les bénéfices de la vente des photos sont reversés pour 60 % aux jeunes auteurs, le solde permettant de développer le collectif.

En savoir +

>www.olharesdomorro.org

Envoyer par mail un article

Une agence photo dans les favelas

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W