Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Kookaï veut rallumer la flamme

03/03/2005

Kookaï a cessé d'électrocuter les hommes en 2001. En 2003, une campagne réalisée par Peter Lindberg a furtivement montré « la femme telle qu'elle est » et, l'année suivante, DDB Nouveau Monde (Lyon) a orchestré le retour de la femme fatale avec la campagne « Que serait le monde sans les femmes ». Mais, sans conteste, la griffe a perdu de sa superbe.

Avec l'arrivée en juillet dernier de Jacques Lévy au poste de PDG, Kookaï se prépare à un changement de cap dans sa communication. Le nouveau patron, ancien de Lanvin, a affirmé son ambition de redonner de la valeur à la marque en repositionnant le produit. La campagne en gestation, qui fait l'objet d'un appel d'offres à laquelle participent les agences Devarrieuxvillaret, Les Ouvriers du paradis et J. Walter Thompson mais pas la sortante,« marquera un nouveau virage dans la communication de Kookaï »,selon Pauline Boyer-Martin, directrice de la communication de la marque.« Nous voulons retrouver la place de leader de mode que nous avions à la fin des années quatre-vingt-dix »,lance-t-elle.

L'agence gagnante sera connue dans quelques semaines. Elle devra faire passer un message fort en affichage et en presse féminine, mais la marque n'exclut pas une opération hors médias cette année. Bref, tout le monde attend Kookaï au tournant en espérant que cette icône publicitaire renoue avec les grandes années CLM.

Envoyer par mail un article

Kookaï veut rallumer la flamme

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.