Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

publicité

Un journaliste chez Publicis

14/04/2005

John Rossant, ancien patron de l'édition européenne de Business Week, est nommé vice-président communications & public affairs de Publicis Groupe. Portrait.

Rédacteur en chef Europe deBusiness Week, auteur de nombreux articles dans leNew York Times, l'International Herald Tribuneet leCorriere della Sera, fondateur de l'European Leadership Forum, cénacle réunissant chaque année à Paris les plus grands patrons... Pourquoi John Rossant a-t-il décidé d'abandonner une aussi brillante carrière et de devenir vice-président communications&public affairs du groupe Publicis ? Le voilà en tout cas de l'autre côté de la barrière.« " The dark side ", comme on dit en anglais,plaisante-t-il.Il y a dix ans, je m'amusais beaucoup à faire mon travail de journaliste. Mais, aujourd'hui, le métier a beaucoup évolué, les pressions économiques sont très fortes. Mon père, qui était journaliste auNew York Times, a quitté le métier à peu près au même âge que moi pour diriger un laboratoire d'idées. Il me disait :" Journaliste, c'est un métier pour les jeunes ". »

À cinquante ans, John Rossant entame donc une nouvelle carrière dans un groupe qu'il découvre, Publicis, mais dont il connaît bien le président, Maurice Lévy.« Nous nous connaissons depuis que je suis arrivé à Paris pourBusiness Week, il y a cinq ans. Nous avons pris l'habitude de nous voir dans son bureau des Champs-Élysées pour parler de toutes sortes de choses et notamment, depuis la crise irakienne, des relations franco-américaines et du Moyen-Orient, deux questions chères à Maurice Lévy. »

Réseau très étendu

Le président de Publicis a, dit-on avenue des Champs-Élysées, très vite apprécié cet Américain européen de coeur et arabophone. Marié à une Italienne, qui fut conseillère pour le Moyen-Orient du ministre italien des Affaires étrangères, John Rossant a été tout au long des années quatre-vingt-dix, lorsqu'il était chef du bureau romain deBusiness Week, correspondant du magazine pour cette région du monde. Une passion qui lui vient de son grand-père maternel, avocat britannique et président de l'Organisation sioniste mondiale, qui a participé à la rédaction de la déclaration de Lord Balfour sur le retour des juifs en Palestine.

Son intérêt pour la question moyen-orientale lui fera rencontrer le très discret prince Al-Walid, dont il publiera le premier portrait dans la presse mais dont il abandonnera finalement la biographie :« J'ai écrit plus de quatre cents pages sur le sujet au terme d'une année passée avec lui, mais je n'avais plus assez de recul par rapport à l'homme. »Deux ans passeront avant qu'ils ne renouent, peu après le 11 septembre 2001.« Je me souviens du jour où John est entré dans la rédaction avec le prince et tout son entourage venus lui rendre visite,raconte, encore impressionnée, Carol Matlack, journaliste au bureau parisien deBusiness Week. Il connaît beaucoup de monde, notamment dans les médias et la banque. »Un réseau dont ses amis ont pu mesurer l'étendue lors de la soirée organisée au musée des Arts forains à Paris en février dernier, qui a réuni plus de cent cinquante personnes venues du monde entier pour fêter ses cinquante ans et la naissance de son troisième fils, Alexander.

Un tel réseau n'a pu laisser indifférent Maurice Lévy. Le président de Publicis Groupe a confié à John Rossant la lourde tâche - qu'il assumait quasiment seul jusqu'ici - de promouvoir l'image du groupe et de défendre ses intérêts dans les médias et auprès des institutions.« En tant que groupe mondial, nos relations avec les agences gouvernementales, Bruxelles ou sa Commission doivent être centralisées. Pour les analyses stratégiques, souvent segmentées, une centralisation est aussi nécessaire »,précise Maurice Lévy.« Après tout, mon rôle ces dernières années àBusiness Weekétait autant de faire de la communication que du journalisme, notamment avec l'European Leadership Forum, qui est aussi un outil de promotion du magazine »,conclut John Rossant.

Envoyer par mail un article

Un journaliste chez Publicis

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W