Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

exposition

Le design, une question de survie

30/06/2005

Le Centre Pompidou présente un panorama des préoccupations du design actuel, aux frontières de l'art et des sciences humaines.

Après une série de monographies, dont la rétrospective Mallet-Stevens actuellement à l'affiche, l'univers du design a droit à une exposition thématique au Centre Pompidou, à Paris. « D. Day, le design aujourd'hui » est l'intitulé de la manifestation, qui est visible du 29 juin au 17 octobre 2005. La commissaire de l'exposition, Valérie Guillaume, a voulu rendre compte des sujets d'actualité qui préoccupent les designers : développement durable, nouvelles technologies, relation aux sens, etc.« L'objectif était d'ouvrir l'exposition à tous les champs du design, de façon décloisonnée,expliquait-elle la semaine dernière dans la galerie encore en chantier.Certains travaux se rapprochent de l'art contemporain, d'autres de l'anthropologie. »

Le résultat est un reflet de l'époque, souvent imaginative, parfois anxiogène. L'un des clous du parcours est l'installation du designer Olivier Peyricot, qui a conçu un meuble garni de rations alimentaires. Emballées, les pâtes, lamelles de gingembre ou fèves servent à la fois de coussins et de provisions.« Je cherche comment le confort peut être enrichi de sécurité,explique le créateur.Ce radeau de survie peut sembler pessimiste, mais c'est aussi le rôle du design de réfléchir à l'avenir de l'espèce. »Son présent est incarné par les nombreuses solutions de systèmeD destinées aux populations en difficulté : hôtels en kit pour les sans-abri de New York, cuiseurs solaires pour les camps de réfugiés, ballon biogaz, alimenté en déchets organiques, pour fournir de l'énergie à un village de Tanzanie, etc.

Le travail sur le vivant trop complexe à monter

Une large place est réservée au design universel, c'est-à-dire utilisable par tous, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite.« Il existe des directives européennes pour inciter les designers à travailler selon ce principe,commente Valérie Guillaume.Cela crée de nouvelles gestuelles, comme appuyer sur un bouton au lieu de tourner pour essorer la salade ou moudre du poivre. On découvre que les gestes que l'on croyait innés sont en fait culturels. »

L'exposition se termine sur l'explosion des nouvelles technologies et, en premier lieu, de l'envahissant téléphone portable.« Avec l'iPod, c'est vraiment l'objet des années 2000 »,souligne Valérie Guillaume. Les designers s'en donnent à coeur joie, désossant par exemple des électrophones Technics des années soixante-dix pour les truffer de puces ultramodernes.

Valérie Guillaume a-t-elle dû éliminer des thèmes dans son panorama du design d'aujourd'hui ?« J'aurais aimé montrer le travail sur le vivant, par exemple ces pastèques que l'on fait grandir dans des cubes pour faciliter leur transport. Mais il aurait fallu exposer des plantes en train de pousser, cela posait trop de problèmes techniques. »Les plantes, plus compliquées qu'un bijou de technologie ? Voilà qui illustre à merveille le paradoxe actuel.

En savoir +

>www.centrepompidou.fr

Envoyer par mail un article

Le design, une question de survie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W