Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Brossard Worldwide

13/10/2005

Hervé Brossard quitte la présidence de DDB France. Il devient « chief client officer » du réseau DDB Worldwide.

Développer le « modèle français » au sein de DDB Worldwide, c'est la nouvelle mission d'Hervé Brossard. À cinquante-six ans, le publicitaire français, déjà vice-président du réseau américain et membre de son comité exécutif, quitte la présidence de DDB France mais ajoute un galon sur ses épaulettes, celui de « chief client officer ». Concrètement, son rôle consistera à faire comprendre aux autres dirigeants de DDB « le bien-fondé de la communication intégrée ». Faire travailler ensemble des professionnels de la publicité, du marketing direct, de la communication santé, de l'interactif : ce qui est acquis en France ne l'est pas dans d'autres pays, notamment aux États-Unis. En Europe, 40 % des quinze premiers clients de DDB utilisent au moins trois de ces métiers. Outre-­Atlantique, la proportion est bien moindre.

Toujours un oeil sur la France

Pour porter la bonne parole dans les 206 agences du réseau, administrer la preuve de l'efficacité de la communication intégrée et, in fine, développer la part de marché de DDB chez ses très gros clients, Hervé Brossard compte s'appuyer sur les « global ­business directors », ces responsables de grands clients mondiaux (Anheuser-Busch, ­Johnson&Johnson, McDonald's, ExxonMobil, Philips, Dell, Volkswagen, etc.). Ils sont quinze chez DDB, qui gèrent un tiers des revenus du groupe et sont désormais placés sous la responsabilité directe d'Hervé Brossard. Un seul est français : Alexandre Martini, responsable du budget ­Johnson&Johnson.

S'il passe le flambeau de la présidence de DDB France à un trio de managers, Hervé Brossard entend bien « garder un oeil sur la France » (lire l'encadré). La ­filiale française, qu'il a ­développée ces quinze dernières années, est son bébé. Les enjeux sont aussi économiques : Paris est la deuxième plus importante agence de DDB (derrière Chicago, le berceau du groupe), avec 15 % des revenus mondiaux. Être puissant à Paris pour pouvoir exister au sein du réseau mondial, cela a toujours été la stratégie d'Hervé Brossard. Or, à l'en croire, la filiale française « n'est pas assez présente dans le business international du réseau ». « Il faut que le terrain de chasse de DDB France soit l'Europe, voire le monde », ajoute-t-il à destination des nouveaux patrons de la rue d'Amsterdam, à Paris. C'est ce qui s'appelle mettre la pression.

Envoyer par mail un article

Brossard Worldwide

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies