Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les agences à nouveau séduites par la Bourse

27/04/2006 - par Alexandre Debouté

Les marchés financiers n'attirent pas les seuls grands groupes. Alternext et le Marché libre s'adressent aux PME et convainquent de plus en plus d'agences de communication.

Le marché de la communication retrouve le chemin de la Bourse. Bon indice de ce regain d'intérêt, les introductions se sont multipliées récemment. Après The Marketing Group, Proximania et Newton 21 Europe en décembre 2005, les sociétés 1000mercis, Emailvision, Come&Stay et Press Index ont fait appel aux investisseurs depuis le début de l'année. Dernière opération en date : l'introduction de la société Optimus, présidée par Alexandre Basdereff, fin mars. « On revit une conjoncture ressemblant à celle de l'année 2000 », ­confirme Frédéric Assouline, associé de Spin-Off&Co, cabinet-conseil qui accompagne les entreprises dans leur réflexion en amont d'une éventuelle introduction. « La Bourse retrouve de l'attrait, notamment auprès des petites et moyennes entreprises », constate-t-il.

Des créneaux innovants

Première explication à cet engouement, la création d'Alternext, le nouveau marché fondé par Euronext en mai 2005 et qui cible les PME. Le développement de ce marché « régulé », parallèlement à Eurolist, dit « réglementé » (dont fait partie le Premier Marché), tient à la souplesse de ses conditions d'admission. Pas besoin d'être une star de l'économie pour y être inscrit. Inspiré de l'Alternative Investment Market anglais, Alternext s'adresse aux entreprises à capitalisation limitée (10 à 90 millions d'euros) présentant au moins deux ans d'existence comptable.

Mais le retour en grâce du marché financier ne serait pas possible si les velléités de développement des entreprises ne rencontraient celles des investisseurs. « Leur appétit ne se dément pas, souligne Frédéric Assouline. Depuis deux ans, le marché s'est rétabli. Mais comme le rendement du Premier Marché devient plus aléatoire, Alternext offre d'autres gisements de profitabilité. » Et c'est Internet qui redonne l'espoir de création de valeur. Les dernières introductions que l'on peut rattacher aux secteurs de la communication et du marketing touchent aux évolutions digitales, en termes de veille (Press Index) ou de marketing en ligne (1000mercis, Emailvision, Come&Stay). Sans être éloignées du Net, d'autres sont intervenues sur des créneaux innovants, telle Newton 21 Europe (branding de la santé, « shopper marketing ») ou Optimus (collecte de fonds). Pour financer leur croissance externe, l'une et l'autre ont rejoint le Marché libre, moins contraignant qu'Alternext mais présentant peu de sécurité pour les investisseurs. « Ce marché nous garantit notre indépendance », explique Alexandre Basdereff, président d'Optimus. Comme ce sera le cas pour l'agence événementielle et multimédia FC², qui s'introduira sur Alternext à l'automne, Optimus souhaitait fidéliser ses salariés en mettant en place un plan de stock-options. L'autre objectif est de gagner en notoriété. « Une course à la visibilité qui correspond souvent au seul but de se faire racheter », rappelle Frédéric Assouline.

 www.euronext.fr

 www.alternext.fr

Envoyer par mail un article

Les agences à nouveau séduites par la Bourse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W