MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Marques
Agences
Médias
Plan de la rubrique Marques
Voir les dossiers Marques
Votre Flux Rss Stratégies Marques
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article

Les sponsors de la Fifa votent pour un renouveau

Marketing sportif

25/02/2016 -

L’instance du foot mondial élit vendredi son nouveau président. Celui-ci devra lancer un plan de réforme important afin de rassurer les partenaires. Depuis quelques mois, ils menacent de se retirer si la Fifa n’adopte pas un nouveau code éthique.

Qui pour remplacer Sepp Blatter, démissionnaire?
Qui pour remplacer Sepp Blatter, démissionnaire?
© CITIZENSIDE/ELYXANDRO CEGARRA/AFP

Qui pour remplacer Sepp Blatter, démissionnaire?

Les sponsors n’ont pas le droit de vote, mais, vendredi 26 février, quand, sur le coup de 14 heures, les premiers des 207 membres de la Fifa glisseront leur bulletin dans l’urne pour l’élection de leur nouveau président, leur ombre planera dans l’amphithéâtre zurichois où se déroulera le scrutin. Depuis un an, et le début des affaires et scandales de corruption au sein de la fédération internationale de football, les partenaires financiers se fâchent. Ils ont la légitimité pour être entendus: en 2014, près des deux tiers des revenus de la Fifa (5,718 milliards de dollars) provenaient des sponsors (29%) et des télévisions (43%).

Avant de monter sur scène pour détailler leurs programmes, les cinq candidats en lice à la succession du Suisse Sepp Blatter, démissionnaire, auront donc certainement une dernière fois lu la lettre ouverte publiée mardi 1er décembre par cinq des plus importants contributeurs de la Fifa: Coca-Cola, McDonald’s, Visa, Anheuser-Busch Inbev et Adidas. Le groupe réclamait des réformes, supervisées par une entité indépendante.

«Marque toxique»

Vendredi soir, les partenaires seront donc très attentifs au résultat de cette élection. Celle-ci devrait se jouer entre l’Italo-suisse Gianni Infantino et le cheikh Salman, membre de la famille royale de Bahreïn. Certains sponsors ont déjà prévenu que si rien ne se passait, ils pourraient revoir les termes de leurs accords. «Si la Fifa réussit à se réformer, et à mon avis ils sont en bonne voie pour le faire, nous allons continuer [à la sponsoriser], déclarait Herbert Hainer, président d’Adidas, en décembre dernier à un quotidien allemand. Dans le cas contraire, nous réfléchirons à ce que sont les alternatives.» Adidas est théoriquement lié avec la Fifa jusqu’en 2020.

Après la Coupe du monde 2014, au Brésil, cinq sponsors majeurs de la Fifa avaient annoncé qu’ils ne prolongeaient pas leur engagement: Sony, Emirates, Castrol, Continental et Johnson & Johnson. Des départs qui, à l’époque, avaient fait dire au député conservateur anglais Damian Collins que la Fifa était devenue «une marque toxique»! Dans ce contexte, une mise au vert apparaît indispensable pour le prochain homme fort du foot mondial.


Bruno Fraioli
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants