Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

#StrategiesLes15 / Raphaël de Andréis

Libraires indépendants, la French touch

12/03/2018 - par Raphaël de Andréis, PDG du Havas Village

Les librairies indépendantes font mieux que résister face à l’ogre Amazon. Un phénomène très instructif qui s’explique par la spécificité du modèle hexagonal.

« Le marché de la vente de livre au détail représente 4 milliards d’euros, dont près de 40% du total est capté par les libraires indépendants. L’activité de ces derniers dispose d’une bonne tenue commerciale et d’une relative stabilité en dépit d’une rentabilité moyenne très faible, sans tendance à deux chiffres ces dernières années, que ce soit vers le haut ou vers le bas », explique Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française (SLF), précisant que la baisse (-2,3%) notée en 2017 est « classique d’une année d’élection présidentielle ». En tant que fils d’une libraire indépendante et d’un éditeur, je me suis naturellement réjoui du dynamisme de ce modèle.

Comment un business comme celui de ces libraires peut-il tirer son épingle du jeu sur le territoire, qui plus est historique, d’Amazon ? Comment expliquer une telle différence avec toutes ces entreprises traditionnelles dont le modèle est toujours plus mis sous pression ? À ce titre, la pérennité des librairies indépendantes en France, même si elle reste fragile, devrait être enseignée à la Harvard Business School. Celle-ci repose sur trois facteurs clés de succès.

Les besoins client au centre du jeu

D’une part, une rupture technologique simple et centrée sur le frein principal du consommateur, à savoir ne pas trouver ce que l’on cherche (en l'espèce, son livre en stock). Pour cela, une plateforme commune nationale (librairiesindependantes.com) a vu le jour en juin 2017. « Cette alternative aux principaux sites de vente en ligne dispose de plus d’un million de références », précise Guillaume Husson à propos de cet outil basé sur la mutualisation (dirait-on pour faire plus chic que le terme «collaboration») des données et donc des stocks, qui propose aussi la livraison à domicile et qui se rapproche désormais des 100 000 visites mensuelles. Ce qui concrètement, permet de répondre à son client : « Nous avons votre livre chez un libraire du 14e arrondissement, vous pouvez passer le prendre ce soir ou alors nous le faisons livrer demain chez vous ».

Une valeur humaine ajoutée

D’autre part, les libraires peuvent se prévaloir d'une valeur ajoutée de conseil irremplaçable, car rien ne vaut le conseil d’un libraire. Chez un libraire, après avoir lu un roman policier historique se déroulant au Vatican, on peut se faire conseiller un petit essai philosophique ou un roman américain. Parce qu’on a envie de changer un peu, c’est humain. Un algorithme, lui, vous recommandera un roman policier historique à Venise ! Il aura modélisé votre historique. Ici, c’est l’humain qui bat la machine. « Plus largement, si les gens continuent à fréquenter les librairies indépendantes, c’est avant tout pour des notions de relations humaines et de conseil, mais aussi parce qu’ils constituent un acteur culturel et même social important à l’échelle locale. On dit d’ailleurs souvent qu’ils sont des modèles de stabilité dans les quartiers, à côté de commerces comme les restaurants ou les magasins de vêtements », complète le délégué général du SLF.

Une réglementation exemplaire

Dernier élément et pas des moindres, une réglementation intelligente, comme seule la France sait (quelquefois) le faire, avec le prix unique du livre. C’est une loi (dite loi Lang) promulguée en août 1981 (ma mère était dans le petit cercle de ceux qui y ont contribué), quelques mois après l’élection de François Mitterrand. Cette loi empêche de réaliser une baisse de prix supérieure à 5% sur un livre. « Un schéma qui empêche un acteur comme Amazon de pratiquer une stratégie visant à casser les prix pour prendre des parts de marché », souligne Guillaume Husson. Dès lors, tout le monde joue à armes égales : Amazon, le libraire du coin ou encore la Fnac. C’est l’exception culturelle française. L’idée que le livre n’est pas une marchandise comme les autres et qu’une certaine diversité est importante.

Derrière le cas des libraires indépendants en France se cachent des enseignements précieux ainsi qu’une approche efficace et moderne du business.  Avec une technologie et une alliance ciblées sur des besoins consommateur très précis, le maintien d’une valeur ajoutée différenciante via le conseil humain et un cadre réglementaire qui protège intelligemment les acteurs locaux, il y a là probablement les trois règles d’or d’une transformation réussie pour nombre d’industries.

Envoyer par mail un article

Libraires indépendants, la French touch

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies