Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Création

Mumm, champagne en apesanteur

12/10/2018 - par Sorlin CHANEL

Il aura fallu trois ans à la maison Mumm pour concevoir Grand Cordon Stellar, le premier champagne destiné à être dégusté dans l’espace. Une opération retentissante avec l’exploration spatiale en ligne de mire.

C’est un grand pas pour la science, mais surtout un pas de géant pour le champagne. Au terme de trois ans de recherches et d’expérimentation, Mumm a réussi le tour de force de développer un champagne destiné à être bu dans l’espace. Une première mondiale ouvrant des perspectives neuves pour les boissons gazeuses, que la marque a symboliquement choisi de présenter en survolant, en apesanteur, le vignoble de Reims. Mais au-delà de ce coup de com de génie, c’est à un parcours truffé d’incertitudes que la maison est venue à bout avec le concours de personnalités comme Octave de Gaulle -designer et arrière petit-neveu de-, Jean-François Clervoy -spationaute français de renom- ou Gérard Liger-Belair -chercheur mondialement reconnu spécialisé dans la physico-chimie de l’effervescence du champagne.

Vols paraboliques

« Tout a commencé il y a trois ans, lorsque Mumm m’a approché en marge d’une exposition à Bordeaux. Le brief était à la fois simple et extrêmement complexe : envoyer du champagne dans l’espace. Je travaillais déjà sur le sujet spatial mais on partait tout de même dans l’inconnu », se remémore le premier nommé, rejoint par le second : « La marque a été culottée puisqu’il n’y avait aucune garantie de réussite ». Des incertitudes originelles qui n’ont jamais freiné les ardeurs de la maison fondée en 1827, désormais dans le giron du groupe Pernod-Ricard. « Mumm a toujours été un pionnier dans son domaine, comme en 1904, où elle était présente au côté du commandant Charcot pour célébrer la réussite de la première expédition française en Antarctique. On est parti en exploration, sans disposer d’une réflexion préalable autour de l’application finale », assure Quentin Meurisse, directeur marketing en charge de la marque. Et dès le début, il s’avère que le terme d’exploration est loin d’être galvaudé. « On s’est rapidement rendu compte que les solutions techniques n’existaient pas pour respecter le rituel consistant à faire sauter le bouchon de la bouteille ou à trinquer », relate Octave de Gaulle, dont l’agence Spade s’est chargée du développement de la bouteille finale. Au bout de six mois, un premier prototype voit le jour, bientôt suivi de deux autres - « en verre soufflé à la volée, en verre soufflé en moule et en verre borosilicate » -, tous dotés d’un système usiné et complétés par une panoplie d’embouts spécifiques. Vient alors l’heure de mettre à l’épreuve ces différentes options, par le biais de vols paraboliques -trois au total avant le vol événement- opérés par Novespace.

Invités de choix

Car à la prouesse technologique consistant à expulser le champagne hors de la bouteille via un système de colonne en verre, pour recueillir le liquide sous forme de « boule », s’ajoute un autre défi : respecter les normes constitutives de l’AOC (bulles, texture, saveurs…). Une mission relevée haut la main comme en témoigne Raimonds Tomsons, sommelier star qui faisait partie de la quarantaine d’invités conviés pour le vol de lancement : « L’expression du fruit est plus aboutie que sur Terre ». Parmi ces privilégiés, outre des journalistes venus des quatre coins de la planète, figurait une autre sommité mondiale : Usain Bolt, légende vivante de l’athlétisme et ambassadeur de la marque. De quoi drainer « des millions de vues sur les réseaux sociaux sans plan d’amplification », précise Quentin Meurisse. Quant à l’équipe de Baïkal production, en charge d’immortaliser les images pour le compte de Mumm, le projet n’aura pas été de tout repos. « Il a fallu sangler les caméras et les équipes au sol pour conserver une position fixe », confirme Quentin Meurisse. Sans même parler des « douches au champagne », un impondérable « lorsqu’on passe de 0g à 2g en quelques secondes », en sourit encore Jean-François Clervoy.

Envoyer par mail un article

Mumm, champagne en apesanteur

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies