Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Start-up

Le Tour de France de l’ad tech : étape à Rennes

04/12/2018 - par Amélie Moynot

Stratégies poursuit sa découverte des start-up du marketing et des technologies publicitaires françaises avec une escale bretonne, à Rennes et dans sa région – lieu de création du Minitel, ancêtre des instruments de communication d’aujourd’hui.

Mediego

Domaine. Marketing prédictif. 

Son concept. Créée en 2015 par Anne-Marie Kermarrec, Mediego propose une solution de personnalisation et de ciblage prédictif, notamment pour les médias. Via de la collecte et de l’analyse de data, sa technologie permet à ses clients (une dizaine dont Ouest-France) de réaliser des contenus personnalisés, comme des newsletters. Elle gère également le temps réel. La société a levé 300 000 euros en 2016 pour se développer.

Son petit plus. « Notre technologie est particulièrement adaptée aux médias et nous avons un ADN scientifique qui permet d’être agile et de bien répondre aux besoins », répond Anne-Marie Kermarrec. Cette ex-directrice de recherche à l'Inria compte dans son équipe (six personnes au total) un autre docteur en informatique et deux ingénieurs. La société a reçu le prix de l’innovation Inria - Académie des sciences en 2017.

 

Advalo

Domaine. Drive-to-store.

Son concept. Créée en 2014 par Olivier Marc et David Le Douarin, Advalo développe une plateforme de marketing individualisé en SaaS pour le retail et l’automobile. Elle détecte les intentions d’achat et permet aux marques d’adresser le bon message au bon moment aux consommateurs et de créer du trafic en point de vente. Elle compte une quarantaine de clients dont Beaumanoir ou Volkswagen. Elle a levé 5 millions d’euros en 2017 et vise une ouverture aux États-Unis en 2019. 

Son petit plus.  « L’accompagnement, explique Olivier Marc. Nous avons vocation à avoir un impact significatif sur le trafic en magasin. En moyenne, nous arrivons à 3 % de chiffre d’affaires en plus », ajoute-t-il. Par ailleurs, la société a, en 2017 et 2018, obtenu le Pass French Tech, distinguant les sociétés innovantes en forte croissance.

 

Leankr

Domaine. Optimisation vidéo. 

Son concept. Créée en 2012 par Pierre Roulph et Julien Perron, Leankr, tournée vers le secteur des médias, s’appuie sur l’intelligence artificielle [IA] pour accroître les revenus générés par les vidéos figurant sur les sites et applications de ses clients. Elle propose trois offres : l’optimisation des vignettes, la recherche dans la vidéo (identification d’un passage à l’aide de mots-clés comme un nom) et le tagging automatique, optimisant la recommandation. France Télévisions, l’AFP ou Viacom figurent parmi ses clients.

Son petit plus. « Beaucoup de start-up font de l’IA. Mais nous, nous abordons ce sujet depuis 2012 », remarque Pierre Roulph, qui revendique donc « une longueur d’avance ». La start-up se trouve, par ailleurs, dans une dynamique de croissance. Accueillie à l'Off7, accélérateur du groupe Ouest-France, en 2016-2017, elle projette, par ailleurs, une levée de fonds (série A) en 2019.

 

Lamark

Domaine. Reconnaissance d’images.

Son concept. Créée en 2015 par Mathieu Desoubeaux, Teddy Furon, Jonathan Delhumeau et Vivien Chappelier, Lamark est spécialisée dans la reconnaissance d’images. Elle a développé une technologie qui - entre autres usages - permet aux marques de savoir où sont utilisées leurs clichés sur le web, afin de veiller à la brand safety et à leur image de marque. Son offre comporte au moins deux volets : traçabilité et marquage des visuels. Tournée vers différents acteurs (TPE-PME, grands comptes via un partenaire, éditeurs de presse…), elle a levé un demi-million en 2017 et projette une nouvelle levée en 2019.

Son petit plus.  « Nous sommes la seule solution de marquage de pixels adaptée sur le web », affirme Mathieu Desoubeaux. Ainsi, même si les photos sont retouchées, ou leurs données, supprimées, ce marquage des pixels permet malgré tout de retrouver les images. Par ailleurs, la solution est brevetée à l’international, et la société est soutenue par l’Inria.

 

We Love Customers

Domaine. Relation client.

Son concept. Créée en 2016 par Loïc Morvan, à Châteaugiron près de Rennes, We Love Customers veut aider les marques à fidéliser leurs clients et en acquérir de nouveaux via le parrainage. Elle a mis au point une plateforme qui permet aux utilisateurs de définir leur programme en la matière et de déterminer les récompenses accordées aux consommateurs. Le point de contact est souvent l’e-mail post-commande. Tournée vers différents secteurs d’activité (retail, e-commerce, sport…), la société a levé 200 000 euros fin juin dernier pour se développer.

Son petit plus.  « Nous fournissons une solution complète (parrainage mais aussi recommandations…) et qui peut être déployée à travers des réseaux hybrides, à la fois en digital et en physique », relate Loïc Morvan, qui vient de lancer une nouvelle version de la plateforme, et prévoit de recruter trois profils techniques pour grandir. La société compte aujourd’hui cinq personnes.

Envoyer par mail un article

Le Tour de France de l’ad tech : étape à Rennes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.