Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ALIMENTAIRE

Listeria: une crise bien assumée

21/01/2000

«Nous vous devons des explications.» Rappelant le ton du Crédit lyonnais dans sa période de grande repentance, l'annonce du groupe Paul Prédault, parue dans la presse le 17janvier, fait le point dix jours après le début de l'affaire de la listériose mettant en cause des produits de la société. Le président Alain Predo s'engage à réduire de deux semaines la date limite de consommation des rillettes, produit mis en cause.

Éviter la politique de l'autruche

Cette décision est la dernière en date d'une série de mesures qui, en dépit de quelques atermoiements avant la reprise en main du dossier par le président, fait dire aux professionnels de la communication que le groupe Prédault a réussi jusqu'ici à gérer au mieux la crise.«Dans le cas d'une intoxication alimentaire, ce qu'il y a de pire en gestion de crise, il vaut toujours mieux prendre l'initiative plutôt que de faire le dos rond,estime François Barthélémy, directeur général adjoint de l'agence Beau fixe.Si le consommateur n'oublie jamais la crise, il se souvient aussi des initiatives prises par la société.»Conseillé par l'agence Protéines dès le premier jour de l'affaire (le 7janvier), la cellule de crise du groupe Paul Prédault, composée d'une douzaine de personnes, a accompagné le retrait de tous ses produits et la fermeture de son usine de la Sarthe de l'ouverture d'un numéro Vert et, deux jours plus tard, d'une conférence de presse. Une réactivité à mettre également à l'actif de Système U, mis en cause lorsque les autorités ont évoqué un problème de chaîne du froid après la sortie des produits de l'usine. épaulé par l'agence Acte V, conseil direct du président, le distributeur a aussitôt mis en place un numéro Vert et un intense plan de relations presse. Bien que depuis, Système U ait été semble-t-il mis hors de cause, la chaîne de distribution envisage rapidement de lancer une étude d'impact sur son image. Reste maintenant à rétablir la confiance avec les consommateurs. Alors que l'enquête suit son cours, le fabricant et le distributeur réfléchissent déjà à des programmes d'information auprès des consommateurs sur les règles d'hygiène et de conservation des aliments.

Envoyer par mail un article

Listeria: une crise bien assumée

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.