Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Laurent Lichtenstein

16/06/2000

Laurent Lichtenstein, 36ans, a commencé par s'ennuyer en fac de biologie avant de trouver sa voie dans le montage vidéo. Engagé par RFO, il s'imagine déjà sous le soleil mais atterrit à Saint-Pierre-et-Miquelon, où il se familiarise avec le banc de montage. Puis il devient réalisateur pour Paris Première et M6, suit le Camel Trophy, crée des habillages pour France 3 et tâte de la publicité. Polyvalent dans l'âme, il tourne et réalise son montage avec sa caméra numérique. «Le studio, ce n'est pas mon truc, dit-il. J'aime l'imprévu.»

La Collective de l'agneau voulait que les deux films soient prêts pour Pâques. Le problème, c'est que le budget était très serré et que l'on ne pouvait pas se retourner en cas de mauvais temps. On aurait pu tourner en Patagonie, mais on a préféré prendre le risque de tourner en France pour garder le contexte rural français. On a trouvé un village au Pays basque, niché dans une vallée comme le village d'Astérix le Gaulois et qui avait l'avantage de réunir les décors des deux spots, l'église et la montagne. La postproduction a fait des prouesses pour transformer le ciel gris en bleu et repeindre le pré en vert vif.» Nous avons tourné au total quatre films à New York, en Australie, au Brésil et en Jamaïque, avec une équipe réduite, comprenant seulement quatre personnes. Pour les plans sous-marins, comme nous ne disposions pas de caisson, nous avons fait fabriquer un aquarium, ce qui nous a permis de placer la caméra à l'intérieur. Malheureusement, avec la crise qu'a connue la publicité, ce type de tournage n'a plus été possible. Les portes des agences se sont refermées.» Les gens de Camel Trophy voulaient renouveler leur image et m'ont proposé de couvrir l'événement. C'était des tournages de deux mois et demi en tout, y compris les repérages. À Bornéo, nous avons rouvert une route qui avait disparu. À cause de la boue, nous ne pouvions avancer que de 300mètres par jour. Je faisais le montage et les effets spéciaux au groupe électrogène, avec juste vingt minutes d'autonomie.» PourLa Route, on fait se rencontrer deux personnes qui ne se connaissent pas, elles sont installées dans un van Chevrolet truffé de petites caméras. Leur conversation est filmée pendant cinq-six heures de route. Je filme les extérieurs, sur une moto. Non conventionnelle, l'émission laisse une vraie place à la parole.»

Envoyer par mail un article

Laurent Lichtenstein

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W