Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien : Nathalie Taillan

20/10/2000

Nathalie Taillan, chef de produits plats cuisinés surgelés chez Marie, revient sur la nouvelle image de la marque, qui rend hommage à l'inventivité des femmes. Quels étaient les objectifs de la dernière campagne? Nathalie Taillan. Il y en avait au moins deux. D'abord donner une nouvelle image à la marque, l'ancrer dans l'inventivité et la modernité. D'où la symbolique du livre de cuisine traditionnel que l'on jette aux orties. L'autre objectif était d'être plus en phase avec le rapport actuel des femmes à la cuisine. Jusqu'à présent, Monsieur Marie houspillait les femmes, leur donnait des leçons. Maintenant, la femme prend le dessus. Nous voulions rendre hommage à l'inventivité des femmes, capables de faire de la cuisine avec ce qu'elles ont sous la main. Et puis, c'était aussi l'occasion de lancer des produits plus créatifs, de travailler sur une cuisine plus multisensorielle. Est-ce la raison pour laquelle le film sort de la cuisine? N.T. En effet, nous voulions symboliser une cuisine inventive qui s'inspire de tout ce qui l'entoure et en même temps figurer l'ouverture de la marque, qui ne reste pas sur ses références habituelles. Faut-il conserver le personnage de Monsieur Marie? N.T. Monsieur Marie est une source d'attribution. C'est grâce à lui que nous obtenons un score spécifique élevé. Il est aussi une source d'agrément, car c'est un personnage haut en couleurs. C'est surtout le porte-parole de la marque, de sa qualité et de son savoir-faire. Pour éviter la lassitude, nous avons changé son rôle. Mais nous le gardons car il fait partie intégrante de la saga Marie. Quand celle-ci a-t-elle commencé? N.T. En même temps que le lancement de la marque, au début des années 80. À l'époque, Marie avait une signature qui est restée dans les esprits: «Ce n'est pas parce que c'est déjà fait qu'il ne faut rien faire». Aujourd'hui, la signature «Vous reprendrez bien un peu d'inspiration» déculpabilise l'utilisation de surgelés. Propos recueillis par Pascale Caussat

Envoyer par mail un article

Entretien : Nathalie Taillan

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.