Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

3 - L'alimentation

Dis-moi ce que je mange...

03/11/2000

Les crises liées au secteur alimentaire se multiplient. Défaut de fabrication ou simple suspicion des consommateurs, aucune entreprise n'est à l'abri.

Le retrait massif par Carrefour, il y a quelques jours, de viande bovine suspectée d'être contaminée par la maladie de la vache folle est l'un des derniers avatars de la série des crises alimentaires qui ont ponctué ces dernières années. Des organismes génétiquement modifiés (OGM) au poulet à la dioxine en passant par la listeria, la sécurité alimentaire est devenue une source d'inquiétude grandissante pour le consommateur. Montrés du doigt par les médias, fabricants et distributeurs sont contraints de se livrer à un exercice difficile auquel ils sont plus ou moins bien préparés: la communication de crise. En janvier 2000, le spécialiste de la charcuterie-salaison Paul Predault a dû s'adjoindre en catastrophe les services de l'agence Protéines, spécialisée en communication alimentaire. À l'origine de nombreux malaises, ses rillettes auraient été la cause du décès de deux consommateurs. Tout a été fait dans les règles de l'art: ouverture d'un numéro vert pour répondre aux interrogations des clients, retrait des pots de rillettes incriminés, conférence de presse, campagne publicitaire arborant un «nous vous devons des explications». Malgré cela, la société accuse toujours le coup. Elle ne devrait pas retrouver l'équilibre financier avant l'année prochaine. Si aucune entreprise n'est à l'abri de produits défectueux, certaines, aux pratiques plus douteuses, ont autant besoin d'un avocat que d'une agence conseil. C'est le cas, par exemple, du groupe Lactalis, accusé d'avoir «mouillé» du lait de grande consommation. Mais, qu'elles soient ou non concernées, les entreprises sont aujourd'hui sur la sellette. L'affaire des OGM, par exemple, a entraîné une chute de 10% de la consommation du maïs en boîte. «Pour rassurer les clients, nous avons dû placer le logo "sans OGM" sur nos boîtes, commente Arnaud L'Ange, directeur marketing de Bonduelle Grand Public.Il y a pourtant, en France, interdiction légale de cultiver du maïs doux transgénique. C'est dire le peu de confiance que les consommateurs accordent aux pouvoirs publics.»

Un problème de communication

Pour faire face à d'éventuelles crises, de nombreux industriels ont formé leurs équipes et mis sur pied des scénarios types. Nestlé a réalisé un guide de bonne pratique.«Tout ce qui peut servir est répertorié, des numéros de téléphone des gendarmes et de la presse locale jusqu'aux personnes à contacter au sein de l'entreprise», explique Éric-Marie Boullet, directeur de la communication du groupe alimentaire. Mais l'essentiel du travail consiste à anticiper les crises.«Nous vérifions les matières premières entrantes, goûtons et analysons les produits. Nous possédons également un service de veille sur la sécurité alimentaire permettant de déceler les risques.»L'objectif est de détecter un problème avant qu'il ne soit porté sur la place publique.«Il existe toujours des signes avant-coureurs d'une crise, ne serait-ce que le coup de téléphone d'un consommateur souffrant. Les entreprises doivent rester à l'écoute», explique Serge Michels, fondateur de l'agence Protéines. Bonduelle, qui travaille avec l'agence Hill&Knowlton, possède ainsi un guide d'évaluation des appels des clients. Si besoin est, un commercial se rendra auprès d'un consommateur, pour mieux cerner la gravité de sa plainte. L'industriel doit, en outre, agir vite.«Il faut être en mesure de rassurer,insiste Arnaud L'Ange.Au début de l'affaire de la dioxine, les distributeurs nous ont demandé de prouver la non-nocivité de nos produits. Nous avions deux heures pour leur fournir des certificats. Passé ce délai, nos produits étaient retirés.»Toutefois, l'entreprise ne peut pas tout prévoir. Un camion de transport d'aliments qui s'attarde au soleil sur un parking, ou un consommateur qui ne conserve pas correctement un aliment, et le danger n'est pas loin.«C'est pourquoi nous menons des actions de communication et de pédagogie avec l'Institut national de la consommation. Toute la chaîne alimentaire doit se sentir concernée», explique Éric-Marie Boullet. Une fois la crise déclenchée, le retrait du produit des magasins ou son rappel auprès du consommateur sont de mise.«Plus personne ne veut prendre de risque,reconnaît Serge Michels.L'affaire du sang contaminé est passée par là. Dans le doute, on préfère retirer un produit de la vente.»Ce principe de précaution a été appliqué par Lepetit en avril 1999. Le fabricant de camemberts, qui s'apprêtait à communiquer sur son partenariat sportif, a tout arrêté pour gérer une alerte sanitaire à la listeria et à la salmonelle déclenchée par le gouvernement français. Le lot incriminé a été retiré puis analysé. Il était, en fait, en règle avec les normes françaises autorisant au maximum 100germes de listeria par fromage. Tout en déplorant l'attitude alarmiste du gouvernement, Lepetit a déployé une panoplie d'actions de communication, dont une annonce presse, rappelant ses méthodes de fabrication. Selon les professionnels du secteur, le paradoxe est grand. Alors que le contenu de nos assiettes n'a jamais été aussi surveillé et sain, les peurs et les craintes liées à l'alimentation ne cessent de croître. Comme quoi, en matière de transparence et d'information, tout reste encore à faire.

Envoyer par mail un article

Dis-moi ce que je mange...

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.