Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La création est prioritaire

03/04/1998

La maison Nina Ricci est un peu à la croisée des chemins. Sa directrice de la communication donne quelques clés.

L'époque David Hamilton a beaucoup marqué L'Air du temps... Caroline Crabbe. Pendant vingt ans, David Hamilton venait régulièrement rue François Ier avec une sélection de photos qu'il avait réalisées pour nous. Robert Ricci choisissait celles qui lui plaisaient pour la saison. Ensuite, nous nous sommes aperçus que les photos commençaient à dater, qu'elles étaient trop marquées de l'empreinte des années 70 et que cela pouvait nous nuire dans un marché de plus en plus concurrentiel. Lorsque Gilles Fuchs a succédé à son beau-père en 1988, il a décidé de moderniser la communication, mais aussi la marque. Comment cela s'est-il manifesté? C.C. Chez Nina Ricci, la création est toujours prioritaire sur le marketing. Nous appartenons à une maison d'art et de création. Plusieurs photographes se sont successivement penchés sur L'Air du temps, Dominique Issermann, Enrique Badulescu, Tony Kaye, et, aujourd'hui Jean-Baptiste Mondino. Comment allez-vous fêter les cinquante ans de L'Air du temps? C.C. Nous ne faisons pas un coup, mais nous voulons faire de l'année 1998 celle de L'Air du temps. Il y aura des actions étalées sur toute l'année, avec des vitrines, des podiums, une gamme d'accessoires inspirés de L'Air du temps et une édition limitée en cristal Lalique. Toute la maison s'associe à cet anniversaire, en France comme à l'étranger. Pourquoi avez-vous arrêté la diffusion du film de Tony Kaye? C.C. Pour cette année particulière, il a été décidé de privilégier le média presse, qui est de loin le plus utilisé dans nos campagnes internationales. Le film de Tony Kaye, qui donnait vie auJardin des délicesde Jérôme Bosch (agence Opéra, NDLR), a été très controversé. Certains l'adoraient, d'autres le jugeaient trop lointain, trop agressif. Nous avons aussi cessé de le diffuser pour des raisons budgétaires. En revanche, le visuel presse inspiré du film était moins fort et nous l'avons abandonné pour celui de Jean-Baptiste Mondino qui nous plaît énormément. Entretien : C.G.-D.

Envoyer par mail un article

La création est prioritaire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.