Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

LUXE

Les Britanniques privés d'Opium

05/01/2001

Yves Saint Laurent risque deux ans de contrôle sur ses créations publicitaires en Grande-Bretagne suite à «l'affaire Opium». En France, c'est une publicité Weston qui fait scandale.

Les ligues de vertu britanniques sont mises à rude épreuve. Depuis le 28 décembre, elles doivent affronter en plein centre de Londres une affiche géante pour le site gay queercompany.com, représentant deux jeunes femmes enlacées. Cette campagne, la première à briser le tabou de l'homosexualité féminine, a déjà entraîné dix plaintes, déposées à l'Advertising Standards Authority (ASA), l'autorité britannique de régulation de la publicité. Mais on est loin du tollé provoqué par Opium, la publicité la plus controversée en Grande-Bretagne depuis cinq ans. L'affiche pour le parfum d'Yves Saint Laurent, montrant le mannequin Sophie Dahl dans une pose lascive, a été censurée par la même ASA le 19décembre après avoir suscité pas moins de 730lettres de protestation. Diffusée sans problème dans la presse magazine, la publicité n'a fait scandale que lorsqu'elle a été affichée «prèsd'écoles,d'églises et de mosquées», selon l'ASA. Le Committee of Advertising Practice, un organisme composé de représentants de la publicité et des médias, doit décider d'un éventuel droit de veto sur les campagnes d'Yves Saint Laurent pour les deux ans à venir.

Devoir d'autodiscipline

En France, pourtant, cette campagne conçue par Tom Ford, le directeur de création d'Yves Saint Laurent, et photographiée par Stephen Meisel, est passée sans encombre. L'annonceur affirme même avoir«reçu des lettres de félicitations et des demandes d'affiches». Le Bureau de vérification de la publicité (BVP) a en revanche adressé un avertissement à Weston, le fabricant de chaussures de luxe, pour une publicité de l'agence Loeb&Associés (groupe Publicis) montrant une femme soumise.«La nudité est acceptée pour du parfum ou de la lingerie, quand elle ne porte pas atteinte à la décence ou à l'image de la femme,explique Joseph Besnaïnou, président du BVP. Avec Weston, la limite est franchie. On risque d'en arriver au vote d'une loi pour interdire les femmes nues dans la publicité.»Et le BVP d'en appeler à l'autodiscipline des créatifs.

Envoyer par mail un article

Les Britanniques privés d'Opium

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.