Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Spécial Club des directeurs artistiques

La fin des franchouillards

16/03/2001

Palmarès très «cannois» pour le Club des DA, qui n'a pas décerné de Grand Prix, mais distingue notamment les affiches PS2 et les spots Brandt. Deux campagnes emblématiques d'une tendance de fond: l'internationalisation de la création française.

Pas de Grand Prix cette année dans le palmarès du Club des directeurs artistiques. Les publicitaires français n'ont pourtant pas démérité, au contraire.«La sélection est d'une excellente qualité, très cannoise. Mais pour les jurés, aucune campagne ne se distinguait suffisamment pour justifier un Grand Prix»,explique Gabriel Gaultier, président du Club et directeur de la création de l'agence Young&Rubicam. Les films Brandt (CLM/BBDO) et les affiches PS2 (TBWA\ Paris), considérés comme les plus novateurs, ont cependant frôlé la récompense suprême et repartent avec le 1er Prix en télévision et le 1er Prix en affichage.

Une volonté d'ouverture

Gabriel Gaultier voit dans ce palmarès la confirmation d'une tendance amorcée au dernier festival de Cannes: l'abandon progressif des références locales au profit de problématiques internationales.«Ce palmarès tord le cou de façon définitive à la pub franchouillarde. On se rapproche de plus en plus du niveau anglo-saxon, avec une grande sophistication aussi bien dans le discours que dans l'exécution. Le défi pour les agences, dans les années à venir, sera de parler de manière universelle tout en gardant une identité locale. En France, on hésite encore entre la collaboration et la résistance: soit on copie les Anglo-Saxons, soit on réalise des campagnes franchouillardes. Les Néerlandais sont exemplaires à cet égard: leurs campagnes obtiennent de remarquables succès internationaux tout en conservant un style qui leur est vraiment propre. Ce n'est pas un hasard si l'agence néerlandaise Kesselskramer a récemment gagné le budget Diesel face, notamment, à Devarrieuxvillaret.»Le choix de Tim Delaney, directeur de création de Leagas Delaney, comme président d'honneur lors de la soirée de remise des prix le 12mars, illustre par ailleurs cette volonté d'ouverture hors des frontières hexagonales. Gabriel Gaultier note enfin un retour des «vraies» campagnes, déclinées en plusieurs annonces, affiches ou spots. Il garde également un oeil attentif sur le secteur du clip. L'an passé, le réalisateur Antoine Bardou- Jacquet avait remporté le Grand Prix du Club des DA pour «The Child» d'Alex Gopher. Il décroche cette année le 2e Prix pour «Oualalaradime» du groupe Zebda. Le 1er Prix revient à Sébastien Dhrey et Benoît Millot pour «Adore» d'I- Cube. Gabriel Gaultier persiste et signe:«C'est dans le clip que se trouvent les vrais talents et la plus grande créativité aujourd'hui.»La «French touch» qui manque à la publicité, en quelque sorte...

Envoyer par mail un article

La fin des franchouillards

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.