Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

... Philippe Gruson

23/03/2001

Philippe Gruson est un fils de pub: il a longtemps travaillé sur le budget Lancôme pour Publicis, avant de se lancer dans la direction artistique, pour des magazines comme Optimum ou L'Officiel. Il considère le papier glacé comme «un terrain d'expérimentation». D'autant qu'il ne déteste pas porter une double casquette de DA dans la presse et dans la pub. «Je fais bénéficier la publicité des travaux de recherche que j'effectue pour les magazines. Conjuguer ces deux activités me permet de toujours garder un regard neuf.» Philippe Gruson est représenté par ADM, une agence qui promeut les directeurs artistiques internationaux free-lance dans les secteurs de la mode, de la beauté et du luxe.

Il est beaucoup plus délicat de travailler pour un magazine masculin que pour la presse féminine. Les hommes s'identifient beaucoup plus difficilement que les femmes à un mannequin. Il faut donc choisir des «people», comme ici Steve McQueen, un acteur toujours élégant, avec une belle gueule, qui reste naturel, voire un peu voyou. Quand on leur parle de mode, les hommes ont besoin de héros, comme Mastroianni, ou encore Brando jeune.» J'ai conçu la charte graphique deL'Officiel. Sur la couverture, on met toujours en avant un mot, aussi important que le logo du magazine. Ce mot a toujours deux sens, comme Anarchic. À chaque fois, il donne le ton du journal, toujours en rapport avec la mode. Le fond est souvent monochrome. En général, j'aime bien les maquettes assez sobres, avec du blanc, du noir et une couleur: c'est plus élégant et plus lisible. Sur les couvertures deL'Officiel, il y a toujours une femme, l'idée étant que l'on puisse bien voir le vêtement. Ici, le tailleur noir fait référence au «chic», tandis que la coiffure, un peu en pétard, rejoint davantage le côté «anar». La photo illustre également le retour des années 80, avec des modèles très épaulés.» Pour ces pages beauté, l'idée était de casser le rythme de lecture avec des plans très serrés, en essayant d'exagérer beaucoup sur le maquillage. Les visuels correspondent à différentes époques: fifties, sixties... Un exercice intéressant car, dans ce genre de pages, on peut aller beaucoup plus loin qu'en publicité et véritablement tester des choses.»

Envoyer par mail un article

... Philippe Gruson

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies