Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

... Philippe Huart

06/04/2001

Alors que «Les Années pop» créent l'événement au Centre Pompidou, l'exposition des oeuvres de Philippe Huart, dans les locaux de l'agence de design Raison pure jusqu'au 29avril, ne pouvait pas mieux tomber. Ce peintre de 47ans, représenté par la galerie Magda Danysz, est un digne descendant du pop art. D'abord graphiste pour la publicité, il a évolué vers la création de pochettes de disques, notamment pour Serge Gainsbourg. Il en a gardé un sens du cadre et une prédilection pour le format carré. La série «Trade Marks», présentée chez Raison pure, comprend une cinquantaine de toiles (1x1mètre), inspirées des identités de marque, de Coca-Cola à Michelin, de Levi's à Milka...

Aux États-Unis, les panneaux publicitaires sont beaucoup plus grands qu'en Europe, et ils sont souvent laissés à l'abandon. Ces fragments sur le bord des routes me fascinent. Je peins toujours des morceaux de logos, mais je m'arrange pour que l'on reconnaisse la marque. Coca-Cola est sans conteste la plus connue mondialement. Plus qu'un produit, elle représente un pays. On la reconnaît quel que soit le cadrage. J'ai une position neutre sur les marques: je les peins parce qu'elles sont présentes partout autour de nous, comme une nature morte. Au XIXe siècle, j'aurais peint des fleurs. Ce qui m'intéresse, c'est le graphisme, la forme, le design.» Andy Warhol est le premier à avoir détourné les marques, avec les sérigraphies Campbell's et les empilements de lessive Brillo, il était normal que je le cite dans un tableau. C'est une référence obligatoire. Maintenant, j'aimerais aller encore plus loin dans la décomposition de la marque, être plus abstrait en ne gardant que quelques éléments de reconnaissance.» Le titre de ce tableau est un jeu de mot sur le pop art et sur mon nom. Il résume toutes mes préoccupations: le portrait hyperréaliste, que j'ai abordé lorsque je faisais des pochettes de disques, la marque, qui apparaît à travers le logo de Mobil, et les mots. Dans tous mes tableaux, il y a un rapport entre l'image et le texte. Lorsque je peignais pour Serge Gainsbourg, j'incluais des extraits de ses chansons.»

Envoyer par mail un article

... Philippe Huart

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.