Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le Petit Mineur : Une mine de star

27/04/2001

En cinquante et un ans, le Petit Mineur est devenu l'un des emblèmes du cinéma en France. Au point d'être choisi pour orner un timbre.

À cinquante et un ans tout ronds, le Petit Mineur savoure avec délices les fruits de la célébrité. Il peut toiser les stars du grand écran... C'est lui que le public vient d'élire, à l'invitation de La Poste, comme le personnage le plus représentatif de la publicité du siècle écoulé. Il écrase au passage deux autres stars incontournables des écrans, la mère Denis et l'atrice Marie-Pierre Casey (héroïne du spot Pliz) et pose pour un timbre-poste tiré à plusieurs millions d'exemplaires, le foulard noué, le chapeau en arrière, le pic dressé et l'oeil toujours complice, ornant enveloppes et cartes postales, paradant désormais dans les catalogues des collectionneurs. Tout cela de son vivant! Ses patrons n'en reviennent toujours pas.«Vous vous rendez compte de la campagne publicitaire gratuite que cela nous fait?», se réjouit Jean-Pierre Chambon, directeur général de la régie cinéma Médiavision, dont le Petit Mineur est l'emblème. Ce coup triomphal et inattendu couronne une vie chaotique qui débute modestement après-guerre. Le Nordiste Jean Mineur, un pionnier de la publicité au cinéma, commande alors de temps à autre un petit film d'animation publicitaire pour le compte de ses clients à un jeune graphiste, Albert Champeaux. À un gros acheteur, on ne refuse rien.«Ce n'était même pas un film publicitaire classique d'une ou deux minutes, mais dix à quinze secondes d'animation seulement,raconte Albert Champeaux.Je n'y ai pas prêté grande attention.»De bonne grâce, il accepte de reprendre l'image de la société Jean Mineur: une gueule noire immense, sobre et musculeuse, crayonnée sur fond de terril par le dessinateur Jonas. Superbe, mais pas très gaie. Sur un coin de table, dans la salle à manger familiale envahie d'enfants et d'amis, Albert Champeaux accouche du Petit Mineur qui porte alors à bout de bras une lanterne de cuivre. Dans la foulée, sa femme passe le film à la Celluloïd. L'ensemble est facturé à Jean Mineur l'équivalent de six mille francs d'aujourd'hui. Voilà le petit personnage lancé. En plus de cinquante ans, il n'a presque pas changé. Albert Champeaux lui fournira simplement, deux ans plus tard, une cible destinée à accompagner le célèbre numéro terminé en 0001, qui fait 1000 en se retournant à l'écran. Le Petit Mineur n'a manqué le mille qu'une seule fois, en 1996. Le sponsoring du générique de Médiavision par Alain Afflelou n'a pas convaincu. L'opération a fait long feu.

«Come-back»

Entre-temps, le Petit Mineur a connu un accident de carrière dont il aurait pu ne pas se relever. En 1971, Jean Mineur fusionne en effet sa société avec la régie Cinéma et Publicité du groupe Publicis. Le héros des salles obscures disparaît corps et biens des écrans. Sa place est reprise par une piteuse nouille rouge repliée en forme de M, censée incarner l'ère nouvelle de la publicité cinéma.«Il fallait un visuel neutre qui ne favorise aucune des deux parties», explique Monique Caillaud, présente à l'époque dans la société. La vague orange tiendra treize ans, maintenant le Petit Mineur à une minuscule silhouette grise, au bas des papiers à en-tête. Autant dire en état de mort clinique. Son «come-back», se fera par la grâce d'une autre star, le chanteur Eddy Mitchell. PourLa Dernière Séance,son émission télévisée consacrée au cinéma, le chanteur exhume le Petit Mineur et le charge de présenter quelques films publicitaires marquants. Peu après, en 1982, Roger Hatchuel prend la tête de Médiavision et redonne vie au personnage pour renforcer l'image de la régie. En 1984, le Petit Mineur reprend donc vaillamment le chemin des salles obscures, s'installe sur tous les supports de communication de la régie, faisant même l'objet de statuettes. Enfin, en 1998, il s'offre carrément une nouvelle jeunesse en réapparaissant en trois dimensions. Pour lui, ce timbre représente bien mieux qu'une revanche: une consécration.

Envoyer par mail un article

Le Petit Mineur : Une mine de star

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.