Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

... Stéphane Meunier

01/06/2001

Le nom de Stéphane Meunier est indissociable du documentaire Les Yeux dans les Bleus, remarquable plongée dans l'épopée de l'équipe de France de football pendant la dernière Coupe du monde. À la veille de signer pour un nouveau film sur Zidane et ses coéquipiers, cette fois au Japon, il produit documentaires et programmes courts au sein de sa société, 2P2L, et réalise des publicités avec la récente maison de production Plein Soleil. Pour cet ancien reporter de guerre au Liban, en Irak, en Birmanie ou à Sarajevo, la publicité peut sembler une activité mineure, mais elle comble sa boulimie d'images. À 40ans, il a maintenant des envies de fiction.

AprèsLes Yeux dans les Bleus,j'ai été contacté par plusieurs maisons de production pour faire des publicités avec des footballeurs. J'ai accepté celle-là parce que je connais bien Zinedine Zidane. Il est devenu un ami, et je voulais aller chercher le meilleur de lui. Pour la voix off, l'agence voulait une interview mais on sait bien que Zidane n'est jamais très à l'aise à l'oral. À la place, je lui ai écrit un texte que je lui ai demandé de lire comme dans le filmLa Ligne rouge,où il y a beaucoup de voix. Je pense qu'il peut être fier de lui. On l'a filmé comme pour une véritable scène de cinéma.» C'est de la vraie publicité, avec une belle image, de l'humour et du sens. En même temps, tout est faux; on n'a pas tourné en Norvège mais aux Antilles, les montagnes ont été rajoutées en post-production. Sur le tournage, on a eu de la pluie, des courts-circuits, il fallait gérer les bateaux, les plongeurs. Mais, quand on a mangé de la neige avec des réfugiés kurdes, on peut s'adapter à tout.» Pour la première fois, j'ai été ému par un conflit. Avant, je me blindais. Là, après avoir côtoyé les réfugiés dans les montagnes du Kurdistan irakien, je suis revenu révolté. J'ai compris que sans images, personne ne connaîtrait leur existence. Mais je ne veux pas insister sur ces années de reporter de guerre. Je n'aime pas l'étiquette de baroudeur.»

Envoyer par mail un article

... Stéphane Meunier

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W