Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

COMMUNICATION FINANCIÈRE

Des actionnaires du deuxième type

02/05/1998

Selon l'Observatoire des privatisations, les nouveaux actionnaires ont l'impression que les entreprises ne communiquent pas avec eux.

Relancées par l'opération France Télécom en octobre dernier, les mégaprivatisations reviennent au goût du jour. Air France est sur le pas de tir et le Crédit lyonnais devrait tenter l'aventure avant la fin de 1999, selon Dominique Strauss-Kahn, ministre de l'Économie. C'est dans ce contexte de reprise des affaires et pour fêter son cinquième anniversaire que les membres de l'Observatoire des privatisations ont décidé de présenter un premier bilan et les résultats de leurs dernières études sur panels. Cet Observatoire a été fondé par Alice avec l'agence de relations publiques Moreau Lascombe GCI et le cabinet Gaultier-Gatard, Principal enseignement selon Nicolas Monnier, le Pdg d'Alice: les nouveaux actionnaires ont l'impression que les entreprises ne communiquent pas avec eux.«Au cours de ces cinq années d'études, nous avons constaté l'émergence d'un nouvel actionnaire que nous qualifions de deuxième type, en opposition aux actionnaires avertis qui, en plus de leurs actions de sociétés privatisées, ont un portefeuille plus diversifié,précise-t-il.Pour cet actionnaire du deuxième type, la publicité financière est invisible. Il ne lit pas la presse économique et financière. Quant aux communiqués financiers, ils restent pour lui illisibles. Ce qu'il veut, c'est que l'entreprise communique sur sa stratégie et ses succès.»En cela, le panel grand public de l'Observatoire rejoint celui des publics spécialisés (journalistes, analystes, etc.). Pour ces derniers, l'information financière est à repenser. Ils estiment que les entreprises sont obnubilées par les actionnaires avertis aux dépens des plus fidèles, qui représenteraient un tiers de l'actionnariat français, estimé aujourd'hui entre 6 et 7millions de personnes.

Convaincre d'investir

Conclusion de l'Observatoire: seule une campagne grand public peut convaincre l'«actionnaire du deuxième type» d'investir.«Si l'on ne veut pas laisser ce type d'actionnaire, méfiant par nature, en jachère, il faut le rassurer et lui proposer de nouvelles offres»,conclut Nicolas Monnier, qui cite France Télécom, dont les actions de communication vers ses actionnaires en ont fait la société préférée de ces détenteurs de titres dits du «deuxième type».

Envoyer par mail un article

Des actionnaires du deuxième type

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.