Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Scorcese pour quoi faire?

06/07/2001

Pour la dernière campagne publicitaire d'Orange, BETC Euro RSCG a fait appel à Martin Scorcese, Oliver Stone et Wong Kar Wai. De quoi alimenter le débat sur l'opportunité de faire appel à des cinéastes.

Le 26juin dernier, Emmanuel Schwartzenberg publiait dansLe Figaroun article qui n'a pas laissé de surprendre. Il y développait une thèse selon laquelle les réalisateurs de longs métrages et les comédiens français portent la responsabilité de la déroute française enregistrée au Festival international de la publicité de Cannes. Selon lui, à l'exception de Blier ou Rochant,«ils ne parviennent pas à se hisser à la hauteur de leurs homologues anglo-saxons ou latino-américains»et«ils conçoivent leur passage à la publicité comme un "ménage" obligatoire». Ce pavé dans la mare a au moins le mérite de relancer le débat. Faut-il, comme vient de le faire France Télécom pour le lancement d'Orange, faire appel à des pointures comme Martin Scorcese, Oliver Stone ou Wong Kar Wai? Rémi Babinet, directeur de la création de BETC Euro RSCG, l'agence d'Orange, défend ses choix.«Nous cherchions le niveau de qualité maximum,explique le créatif.MartinScorcese, en particulier, nous semblait le plus à même de donner autant de chair au scénario.»TV Producer à l'agence, Frédéric Genest n'est pas déçu du résultat, à l'antenne depuis quelques jours:«Cinématographiquement parlant, le film est parfait. Tout est extrêmement maîtrisé.»Faire appel à une star garantit aussi les retombées presse. Deux jours après le début du tournage du spot Orange, leNew York Postse fendait ainsi d'une brève pour expliquer que Scorcese avait interrompu le montage de son prochain film pour tourner une pub pour les Français.

Un plus grand confort

Sophie Varillon, qui dirige la maison de production Moto et représente trois cinéastes (Éric Rochant, Pascal Bonitzer et Jacques Audiard), loue elle aussi le professionnalisme des réalisateurs issus du long métrage.«C'est un grand confort de travailler avec eux,explique-t-elle.Par exemple, il n'y a que les cinéastes pour faire faire eux-mêmes des essais aux comédiens. Les réalisateurs de publicité, eux, laissent cette tâche aux directeurs de casting.»Gabriel Gaultier, directeur de création de Young&Rubicam, semble également tenté par les cinéastes.«Pour notre dernier spot Ford avec Zinedine Zidane, nous avions pensé à Francis Ford Coppola, ce qui ne s'est pas fait pour des problèmes d'agenda. Il nous semblait intéressant de lui demander de filmer quelqu'un qui, justement, ne devait rien dire. À condition de ne pas commander des spots Barilla à David Lynch, ce qui relève quand même du foutage de gueule, pourquoi se priver des cinéastes?»La réponse est peut-être là: des stars, oui, à condition de les utiliser à bon escient. Et de ne pas oublier que les réalisateurs de publicité peuvent eux aussi faire des merveilles. Sébastien Chantrel, qui a finalement filmé Zinedine Zidane, s'en est bien sorti, non?

Envoyer par mail un article

Scorcese pour quoi faire?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies