Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

...Thierry van Biesen

06/07/2001

Belge par son père, Libanais par sa mère, Thierry van Biesen, trente six ans, a grandi dans Beyrouth en guerre. À quatorze ans, il regardait les bombes tomber comme des feux d'artifice. C'est en réaction à cette époque qu'il crée des images poétiques et légères, mais toujours teintées de noirceur. Pendant ses études en mathématiques, il dirige son propre studio à Beyrouth, puis entre à l'AFP en tant que photo-journaliste. Il s'oriente vers la photo de mode à son arrivée en Belgique et collabore, entre autres, aux magazines Tank, Sleaze Nation et Jalouse. Il vient de signer une série sur Issey Miyaké dans Elle Japon. Installé à Londres, il est représenté en France par Anita Kitchen, filiale de la maison de production Tempesta.

Dans son premier parfum, Jean-Charles de Castelbajac veut évoquer l'enfance, avec une odeur de colle Cléopatra et un flacon en forme de bouillotte. Il fallait traduire ce concept par une image très onirique. Avec la styliste Marianne Ghantous, nous avons eu l'idée de la colleuse d'étoiles qui embellit le ciel. La photo a été prise en plusieurs fois, mais toujours au même endroit, sur un terrain de golf en Afrique du Sud, car je voulais que la lumière corresponde. La fille est composée de quatre images différentes pour avoir les cheveux, la robe, l'expression du visage et la main, qui tient le flacon à part.» Je suis parti de l'idée de la petite fille qui essaye les chaussures de sa maman. C'est aussi une façon de parler des mannequins anorexiques. Le coiffeur et la styliste tenaient des fils de chaque côté, effacés ensuite en postproduction. Je ne voulais pas que tout soit propre et net. Par exemple, je n'ai pas voulu cacher les carreaux ébréchés de la piscine. Les retouches ne sont pas là pour rattraper les défauts mais aider à raconter une histoire.» Mon père était passionné de bande dessinée. Rencontrer Moebius, l'auteur de Blueberry, était un rêve d'enfant. Il n'avait jamais fait d'images de mode, mais l'idée de raconter la fin du monde, puisqu'on était à la veille de l'an 2000, l'a intéressé. J'ai pris les photos en studio et il a dessiné autour, en adaptant les couleurs aux vêtements. À la fin, la fille arrive au bout du monde, et elle tombe.»

Envoyer par mail un article

...Thierry van Biesen

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.