Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

... Éric Valette

21/09/2001

Avec sa casquette vissée sur la tête et son accent chantant, difficile d'imaginer qu'Éric Valette a un imaginaire peuplé d'histoires d'horreur et de serial killers. Ce réalisateur de trente-trois ans prépare pourtant son premier long métrage, Maléfique, une production Fidélité Productions en forme de huis clos. Il paraît qu'il fait peur rien qu'à la lecture du scénario ! Diplômé de la fac de cinéma de Toulouse, il s'est formé sur le tas en tournant des films institutionnels dans sa région. Il a ensuite été réalisateur chez Canal +, pour Les Guignols notamment, et a signé pas moins de huit courts métrages primés dans plusieurs festivals. « J'ai toujours besoin d'avoir un os à ronger », explique-t-il. En publicité, Éric Valette est représenté par Hamster.

Je voulais traiter du thème des tueurs en série, mais sous l'angle d'un personnage pathétique et maladroit. Le sujet est devenu un cliché au cinéma, avec une flopée de copies duSilence des agneauxou deSeven.Moi, je voulais rendre le personnage humain sans tomber dans la comédie, en gardant le côté sombre. Je suis parti d'un fait divers : un homme qui voulait être serial killer mais qui a échoué dès le premier meurtre. J'ai été beaucoup aidé par la performance du comédien Jean-Paul Rouve, connu pour sa participation aux Robins des bois. J'ai toujours aimé les thrillers. Quand j'étais adolescent, j'admirais les films de Brian de Palma, de John Carpenter, d'Oliver Stone.» Là, c'est de la comédie pure, légère, colorée. C'est la première publicité pour le PMU sans un plan de cheval ! L'esthétique est aux antipodes de ce que j'ai fait avant, mais j'ai la chance que l'on me laisse changer de style en publicité. Là encore, c'est mon court métrage qui a séduit l'agence.» Juste après mon arrivée chez Hamster, on a reçu ce script. C'est évident qu'il était pour moi, avec son personnage de tueur en série inspiré duSilence des agneaux.Pendant le tournage, les gens pensaient que l'on filmait la suite, d'autant que le comédien ressemblait à Anthony Hopkins. Il est rare de trouver un script aussi risqué, mais les créatifs étaient clairs, l'annonceur, un site de services, convaincu, et le film a été validé et exécuté facilement.»

Envoyer par mail un article

... Éric Valette

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.