Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Loisirs

Sous les palmiers, la marque

19/07/2002

La communication touristique évolue. Aux images de catalogue sur papier glacé succèdent des discours plus élaborés.

Sur le marché très lucratif du tourisme, la concurrence s'aiguise entre les pays. Le Royaume-Uni consacre 23,8 millions d'euros à une campagne de restauration de son image et installe le slogan, « UK OK ». La Grèce exploite les couleurs de son drapeau, le bleu et le blanc, sur son logo et ses affiches. L'Espagne décline depuis des années son slogan fédérateur, « Viva España ». La France lance à l'international la campagne « I love France », sur le modèle de « I love New York ». La Croatie et le Liban cherchent à se faire une place sur la carte des destinations méditerranéennes.

En 2001, l'industrie touristique a concerné 688,5 millions de personnes dans le monde, avec la France comme première destination (76,5 millions de visiteurs étrangers), suivie de l'Espagne (49,5 millions). L'évolution des comportements des consommateurs, les attentats du 11 septembre 2001 et l'émergence de nouvelles destinations obligent la communication touristique à être de plus en plus inventive. Imatourisme, nouveau rendez-vous réunissant les professionnels de la communication et du tourisme, se tiendra du 2 au 4 octobre dans les Landes pour faire le point sur le sujet.

Publicités peu créatives

«Alors que le tourisme est une industrie d'image, la communication est encore tirée vers le bas,déplore Jean-Claude Grunstein, cofondateur de l'agence spécialisée Pleine Lune.Le Club Med ou Nouvelles Frontières ont une image, mais les destinations sont enfermées dans le ghetto du palmier : le cocotier, la plage, la chaise longue sont les codes de référence des vacances. Enlevez-les, et vous risquez de dérouter le consommateur. Résultat, les publicités touristiques sont peu créatives. »

La Turquie, la Tunisie, le Maroc rivalisent d'annonces en forme de dépliant touristique, vantant la qualité de l'accueil, le soleil et les bas prix. Problème : le message se banalise et l'image des pays en pâtit. Si Marrakech et Djerba sont devenues des marques, il n'en va pas de même pour leurs pays d'origine, le Maroc et la Tunisie. Même phénomène pour Bali : qui sait que l'île, très à la mode actuellement, se trouve en Indonésie ? Par ailleurs, le fractionnement des congés, accéléré par les 35 heures en France, oblige à repenser la communication autour du voyage.« On ne réserve plus ses vacances trois mois à l'avance comme auparavant,affirme Marcel Lévy, journaliste à BFM et spécialiste du secteur.Les couloirs du métro sont toujours envahis d'annonces de tour-opérateurs et d'offices de tourisme en février-mars, mais cette habitude ne correspond plus à la réalité. »

Achat d'impulsion

Les sites Internet qui proposent des voyages à la dernière minute, comme Lastminute-Degriftour, encouragent l'achat d'impulsion. Et une page de rédactionnel dans un magazine peut être plus efficace qu'une campagne d'affichage...« La Jordanie était la destination de 2001,explique Marcel Lévy.Un reportage publié dansLe Figaro magazinea eu des effets immédiats sur la fréquentation. Le pays a attiré 12 000 visiteurs avant le 11 septembre, un très bon résultat. »

Le bouche-à-oreille et les phénomènes de mode alimentent aussi la communication touristique. Indépendamment de la publicité menée par son office de tourisme, Cuba séduit les Européens grâce au filmBuena Vista Social Club, à la redécouverte de la musique cubaine, aux écrits d'Ernest Hemingway, au mythe Che Guevara et même à la personne de Fidel Castro.

De même, l'Égypte pourrait se passer de publicité en France, tant l'imaginaire collectif est rempli du canal de Suez, de Napoléon et des pyramides. L'attentat de Louxor en 1997 n'a eu d'effet dissuasif que pendant six mois. D'autres pays, encore peu présents en communication, ont une carte à jouer auprès des Occidentaux en quête d'exotisme, comme l'Inde, la Chine ou le Vietnam. Leur réputation n'est plus à faire, seul le manque d'infrastructures freine l'accueil des touristes.

Il ne faut pas négliger non plus la dimension psychologique des vacances.« Elles sont un bien immatériel et éphémère par lequel on se valorise,souligne Jean-Claude Grunstein.On aime avoir été plus malin que son voisin, on ne veut pas perdre la face auprès de ses collègues de bureau au retour. »Le déficit d'image se fait cruellement sentir pour la Martinique et la Guadeloupe, qui, faute d'une communication cohérente, ont perdu en prestige face à Saint-Barth ou Saint-Domingue. Les paysages et le climat sont pourtant similaires. Le pouvoir d'évocation d'une marque se fait également sentir en métropole, où le Massif central et la Lozère n'ont pas une connotation très positive. L'Aubrac et les Cévennes, cela sonne tout de même mieux !«Plutôt que de décrire une destination, il vaut mieux exprimer l'effet que l'on va ressentir sur place,estime Jean-Yves Naouri, président de Publicis Conseil, l'agence du Club Med, qui coprésidera Imatourisme.Les vacances sont conçues comme une expérience unique. La marque-pays doit développer la relation et l'intimité avec le client. »

Certains pays vivant sur leurs acquis feraient bien de réagir. Ainsi les États-Unis, convaincus d'attirer les Français fascinés par le rêve américain, communiquent-ils peu. Le pays a pourtant perdu 12,6 % de sa fréquentation en 2001 après les attentats de New York et Washington. La Grande-Bretagne, suite à la crise de la fièvre aphteuse, a eu un comportement plus volontariste. Reste à en étudier les effets en termes de construction de marque.

Force des fantasmes

La communication évolue mais reste dépendante des fantasmes des consommateurs. Que l'on parte dans un hôtel familial sur la Costa Brava ou en Thaïlande avec un sac à dos, on cherche à valider les images que l'on a en tête. Le développement de formules originales, comme le trekking ou le tourisme humanitaire, demeure marginal. Le touriste est empli de contradictions. Il peut s'offusquer de la situation politique en Tunisie ou à Cuba, mais se jeter sur une promotion.

Le voyage à l'étranger reste le privilège d'une minorité de Français : 40 % ne partent jamais en vacances et 9 % seulement des vacanciers français sortent de leurs frontières. Mais même les régions et les départements de l'Hexagone ont une problématique de marque. La Vendée, coincée entre la Bretagne et l'Aquitaine, s'est bâtie une identité autour de la voile et de l'aventure avec le Vendée Globe Challenge. Les stations de sport d'hiver soignent leur image, portée par la campagne collective « La montagne, ça vous gagne ». Le salon Imatourisme ne se déroule pas à Moliets, dans les Landes, par hasard: le conseil général cherchait une manifestation pour animer le département.

Envoyer par mail un article

Sous les palmiers, la marque

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies