Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Vincent Relave

29/05/1998

Directeur de la communication de la RATP, Vincent Relave raconte comment l'entreprise publique tente de relever le défi de la violence dans le bus et le métro.

Quel était l'objectif de la campagne? Vincent Relave. L'objectif de cette campagne était de prendre la parole sur l'incivisme qui règne dans certains autobus. Nos conduc- teurs le demandaient. Nous avons donc planché pendant dix-huit mois pour réaliser cette campagne. Les visuels et les slogans ont été testés sur la ligne 153 Sarcelles-Bobigny. En début d'année, des bus ont brûlé dans la banlieue de Strasbourg, suite à des émeutes. Nous avons pensé que c'était le moment idéal pour lancer cette campagne, déjà prête. Nous sommes probablement la première société de transport dans le monde à communiquer sur ce thème. Comment faire pour ne pas apparaître moralisateur? V.R. Notre choix s'est arrêté sur le mot respect. Pour deux raisons. Il est accepté par les jeunes qui l'utilisent même dans certaines banlieues pour se saluer (au lieu de «bonjour»). En outre, il implique une idée de réciprocité. On peut exiger des autres le respect quand on respecte soi-même ses interlocuteurs. Le slogan a bien pris et a même généré des discussions entre chauffeurs et usagers. Quelquefois le message était raillé, mais, au moins, il ne laissait pas indifférent. Il n'a pas été taggé! Afin de compléter ce plan d'action, nous nous apprêtons à intervenir dans les écoles. Cela fait de la RATP un des pionniers de la communication dite «sensible»... V.R. Notre activité de transporteur public et l'actualité nous y ont obligé. Cette campagne est pour nous la deuxiè- me du genre. L'opération très réactive que nous avons lancée dès les premiers attentats de l'hiver 1995 («Attentifs, ensemble») a eu beaucoup de succès. De nombreuses municipalités nous ont contactés et j'aurais pu organiser des conférences matin et soir pendant deux mois si j'avais répondu à toutes les demandes! Entretien: L.J.

Envoyer par mail un article

Vincent Relave

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.