Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TV prod : agence cherche équilibriste

04/10/2002

Le départ d'Évelyne Luverdis de TBWA pose la question de l'évolution du métier de TV producer. Pas facile de conjuguer sens créatif et art de la négociation.

Après dix-huit ans de bons et loyaux services chez BDDP devenue TBWA, Évelyne Luverdis est partie vers de nouvelles aventures. Celle qui a donné ses lettres de noblesse au rôle de TV producer avait une envie compréhensible de vivre de nouvelles expériences. Son départ intervient au moment où le métier est en pleine remise en question.« Il est de plus en plus difficile,admet Marie-Catherine Dupuy, la présidente de TBWA\Paris en charge de la création.Le TV producer doit composer avec des annonceurs exigeants qui demandent trois, voire six devis différents, la concurrence, la charge de travail. Il doit concilier la qualité avec la pression. »

Pour Marie-Catherine Dupuy, le TV producer d'agence est« un chef d'orchestre ». Il faudrait plutôt dire une chef d'orchestre car ce métier est surtout exercé par des femmes. Celles-ci sont les garantes de la cohérence entre la création de l'agence et la production du film, tout en ayant un oeil sur les dépassements de budget. D'où des tiraillements possibles avec les créatifs. Suite à une mauvaise expérience sur un tournage, le directeur de création d'Ailleurs Exactement, Pierre Noëll, s'était juré de ne plus travailler avec une TV producer. Il est revenu depuis sur cette position extrême :« Sur une grosse production, elles sont indispensables. Mais cela se passe d'autant mieux si l'on est en affinité, y compris en dehors du travail. »

Cela semble être le cas sur son dernier film pour les cahiers Oxford, avec la TV producer free-lance Chantal Danet. Tous deux ont cherché une production de leur côté et sont tombés d'accord sur Les Producers, signe d'une bonne complicité.« Il faut faire preuve d'abnégation dans ce métier,s'amuse Chantal Danet.Chaque film suppose de gérer l'équilibre des pouvoirs entre le directeur de création, le producteur, le réalisateur et le client. Tout le monde veut donner son avis mais, au final, c'est le directeur de création qui doit arbitrer. La TV producer est là pour servir sa vision, pas pour imposer ses goûts personnels. »Ce travail d'équilibriste n'est pas à la portée de tout le monde, et l'on comprend que Marie-Catherine Dupuy se donne du temps pour remplacer Évelyne Luverdis :« J'ai mis trois ans pour trouver Erik Vervroegen[le directeur de création de TBWA], je ne vais pas me précipiter. »

Envoyer par mail un article

TV prod : agence cherche équilibriste

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.