Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien : Patrick Buffard

11/10/2002

Patrick Buffard, directeur du marketing chez Danone, présente la stratégie de communication de la marque Salvetat aromatisé.

Dans quel contexte s'inscrit cette première prise de parole publicitaire de Salvetat aromatisé ?

Patrick Buffard.Le produit existe depuis quelque temps déjà avec les références citron et orange, plutôt destinées à une cible adulte, mais ce film est en effet la première communication de Salvetat aromatisé. Elle intervient notamment à l'occasion du lancement des références fraise et abricot, qui visent d'abord les enfants. C'est pourquoi nous avons décidé d'investir la télévision, touchant ainsi les mères et les enfants. Une présence d'autant plus nécessaire que le marché, certes jeune (il est né à la fin des années quatre-vingt-dix), est de plus en plus mûr, avec une offre diversifiée. Longtemps cantonnés à de l'affichage, les acteurs du marché ont depuis investi le petit écran. Ce fut le cas d'abord de Volvic Fruits et de Petit Vittel (mais uniquement sur les enfants), puis de Perrier Fluo.

Quelles sont les positions de Salvetat sur ce marché ?

P.B.Volvic Fruits détient à lui seul 50 % de part de marché en volume, suivi de Perrier Fluo et classique aromatisé avec 13 %. Salvetat détient aujourd'hui 8 % de part de marché. Une position non négligeable, quand on sait qu'en avril dernier la part de la marque n'était que de 4 %.

En quoi votre positionnement se différencie-t-il de la concurrence ?

P.B.Salvetat aromatisé marie santé et plaisir en insistant sur les caractéristiques du produit : moins de sucre que les jus de fruits et des parfums attractifs pour les enfants. L'enfant boit d'ailleurs le produit pendant presque toute la durée du film. Volvic privilégie plutôt le bénéfice plaisir, Petit Vittel son côté irrésistible et Perrier Fluo un ton décalé.

Quel premier bilan faites-vous de la campagne TV ?

P.B.Elle a fortement contribué à développer les ventes. Juste avant la diffusion du film, la marque avait 5 % de part de marché. La montée à 8 % peut donc être liée au gain de notoriété acquis depuis. Nous comptons d'ailleurs poursuivre la diffusion du spot dans les prochains mois, sachant que nous sommes désormais en période hors saison pour ce type de produit.

Entretien : Alain Delcayre

Envoyer par mail un article

Entretien : Patrick Buffard

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.