Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ÉQUIPEMENT DE LA MAISON

Pour Mérinos, la publicité peut bien attendre un peu

18/10/2002

Soixante mille euros par an. C'est le tarif payé par Mérinos à EMI pour utiliser l'air deMake Them Laugh, tiré de la comédie musicaleChantons sous la pluie. La marque de literie n'est pas près de supprimer ce poste budgétaire, qui a construit ses 81 % de notoriété, même si elle a pour l'heure renoncé à la publicité. Tout le monde se souvient du danseur au plafond vantant « Le matelas des réveils en beauté » depuis 1982. Mais l'absence de positionnement précis et des erreurs de distribution lui ont coûté des parts de marché face à Dunlopillo, Treca ou Simmons.

À nouveau territoire, nouvelle signature

Aujourd'hui, comme Epeda et Bultex, les autres marques de Recticel, numéro un de la literie en France, Mérinos a tout remis à plat. Côté produit, elle se spécialise sur le ressort à sachets croisés, une technologie qui s'adapte à toutes les morphologies et permet donc de passer une bonne nuit et d'être en forme pour la journée. La marque installe une nouvelle signature, « Un concentré de bienfaits ». Avec un budget de communication d'un million d'euros, l'équipe marketing a travaillé avec l'agence Enterprise IG pour définir ce nouveau territoire, la nouvelle identité visuelle et l'argumentaire commercial. Mérinos veut doubler sa part de marché en trois ans. La publicité peut attendre.

Envoyer par mail un article

Pour Mérinos, la publicité peut bien attendre un peu

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.