Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉCOMMUNICATIONS

Régime de choc pour France Télécom

13/12/2002

Les dépenses de communication figurent en première ligne dans le plan drastique de réduction des coûts de France Télécom.

Le message est limpide. Dans la présentation, le 5 décembre, de son plan de redressement financier, Thierry Breton, PDG de France Télécom, a clairement cité la communication comme un chantier prioritaire pour réduire les coûts. Il est vrai que le groupe dépense actuellement dans le monde, toutes marques confondues (France Télécom, Orange, Wanadoo, etc.), près d'un milliard d'euros par an, dans les médias bien sûr, mais aussi dans des opérations hors-médias (événementiel, marketing direct, promotion, relations publiques).« Il est évident que nous pouvons progresser dans tous les domaines »,reconnaît Bruno Janet, directeur de l'information du groupe, qui ne veut citer, pour l'instant, ni montant des économies ni échéance.« La nouvelle organisation prend effet le 15 décembre, nous allons en discuter »,se contente-t-il de déclarer. Seule certitude : pour tous les services de France Télécom, des économies très substantielles sont attendues dès 2003 et la cure d'austérité se poursuivra jusqu'à la fin 2005. Thierry Breton s'est engagé, pour l'ensemble du groupe, à économiser 15 milliards d'euros sur trois ans. Pour la communication, cette mission reviendra à Marc Meyer, son nouveau directeur, un proche de Thierry Breton qui succède à Jean-Paul Cottet, nommé directeur de l'international et des systèmes d'information du groupe.

De nouveaux arbitrages à prévoir

S'il est encore trop tôt pour savoir quels leviers il pourrait actionner en priorité, on peut imaginer que les dépenses publicitaires feront l'objet d'un soin tout particulier : non seulement parce que les sommes en jeu sont colossales (en 2001, France Télécom a dépensé en France, selon TNS Media Intelligence, 353 millions d'euros dans les médias, ce qui en fait le premier annonceur français), mais parce que Thierry Breton et Marc Meyer ont toujours montré, chez Thomson Multimédia, une certaine réticence face à la publicité. Selon un consultant qui a beaucoup travaillé avec eux à l'époque, les deux hommes préfèrent privilégier les relations publiques. Les produits de Thomson Multimédia ne nécessitent certes pas la même exposition médiatique que ceux de France Télécom, mais l'on peut néanmoins s'attendre à de nouveaux arbitrages, voire à une remise en cause de prestataires. Le groupe travaille avec de nombreuses agences de publicité, dont TBWA\Paris (corporate), Devarrieuxvillaret (téléphonie fixe), BETC Euro RSCG (Orange), DDB&Co (communication B to B), CLM/ BBDO (Wanadoo) ou encore MPG (achat d'espace publicitaire).

Envoyer par mail un article

Régime de choc pour France Télécom

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies