Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

BANQUE

Le CSA recale Egg et tape sur le BVP

13/12/2002

Le CSA a demandé le retrait de trois films de la banque en ligne, pourtant autorisés par le BVP.

Non contente d'inquiéter le secteur bancaire, Egg sème aussi la zizanie entre le Bureau de vérification de la publicité (BVP) et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). La banque en ligne britannique a lancé le 2 novembre quatre spots signés BDDP&Fils, fondés sur la réfutation par l'absurde des idées reçues (voirStratégiesn° 1255). Dûment validée par le BVP, la campagne devait durer six semaines. Elle s'est interrompue le 6 décembre dernier, suite à un courrier envoyé la veille aux télévisions par le CSA. Les neuf Sages du Conseil, réunis en séance plénière le 3 décembre, ont décidé d'interdire trois films où l'on voit un chat jeté du haut d'un immeuble, un Suisse immolé et une personne de petite taille qui mange de la soupe. Le quatrième spot, « Le Joggeur », reste autorisé, ce qui permet à Amy Porter, porte-parole d'Egg en France, d'en déduire :« Un cinquantenaire écrasé par une voiture choque moins qu'un chat tombant dans le vide. »

Dans sa lettre aux présidents de chaînes, le CSA se réfère au décret sur la publicité du 27 mars 1992, portant sur« l'atteinte à la dignité de la personne humaine »et à« l'incitation à des comportements violents ». Le CSA a également envoyé une lettre assez sèche au BVP, lui demandant de lui apporter« toutes les informations qui lui permettront d'apprécier les conditions dans lesquelles[il]a cru pouvoir délivrer un avis favorable à la diffusion de ces messages ».C'est au tour du BVP de se fendre d'un courrier.« Nous avons sous-estimé la réaction du public,reconnaît Joseph Besnainou, le directeur général de l'organisme de régulation.Nous avons demandé des modifications avant diffusion, pensant que cela serait suffisant. »

Gagner en notoriété

Ce type de conflit reste rare entre les deux instances. Celles-ci s'étaient déjà opposées au sujet des sites Internet des secteurs interdits à la télévision. Le BVP avait laissé passer un film pour le distributeur en ligne houra.fr, que le CSA avait recalé. Si Nicolas Bordas, le président de BDDP&Fils, préfère« ne pas polémiquer »,Amy Porter«[s]'interroge sur les responsabilités du CSA par rapport au BVP ». Depuis son arrivée en France, Egg n'a cessé de susciter la controverse. Elle a reçu une quarantaine d'e-mails de La Meute, association de lutte contre la publicité sexiste, et au moins dix fois plus des défenseurs des animaux. L'Association française des usagers des banques (Afub) a accusé l'entreprise d'encourager le surendettement (voirStratégiesn° 1258). Leurs juristes respectifs devaient se rencontrer aujourd'hui 13 décembre. Quant à l'association de consommateurs UFC-Que choisir, elle a obtenu la modification des mentions légales sur les annonces presse. Pour Egg, qui annoncera ses premiers résultats français en février prochain, c'est autant de notoriété gagnée :« Nous chercherons toujours à nous démarquer car nous ne voulons pas communiquer comme les autres banques,affirme Amy Porter.Nous sommes conscients de perturber le marché français, mais nous visons un public d'internautes qui comprend très bien notre démarche. Ceux qui n'ont pas aimé notre publicité ne sont pas dans notre cible. »Il faut donc encore s'attendre à un ton décalé pour la nouvelle campagne prévue en janvier.

Envoyer par mail un article

Le CSA recale Egg et tape sur le BVP

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.