Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

parrainage

Fondation Pinault : le mécénat s'en remettra

19/05/2005

Le fiasco du projet de fondation Pinault à Boulogne ne doit pas masquer le réel essor du mécénat en France. Un phénomène dont l'obstacle principal reste l'évolution des mentalités.

Le mécénat est un excellent indicateur de confiance de l'économie. L'échec de la fondation Pinault, à Boulogne, est un mauvais signal vers les entreprises. Il illustre le manque cruel d'innovation de la France dans ce domaine et entretient cet a priori très français selon lequel l'initiative privée est suspecte. »Le commentaire d'Anne Kieffer, directrice générale de MPG Art, agence-conseil en mécénat, n'est guère éloigné de celui de la presse, très critique envers les pouvoirs publics depuis que François Pinault a annoncé qu'il tirait un trait sur l'implantation de sa fondation d'art contemporain sur l'île Seguin au profit, notamment, du palais Grassi, à Venise (Italie). Et ce n'est pas l'initiative du groupe UMP à l'Assemblée, ressortant des cartons la proposition du député de l'Oise, Olivier Dassault, en faveur d'une Journée nationale de promotion des fondations, qui devrait changer les choses.

« Dans cette affaire, on confond un peu vite le mécénat individuel, encore exceptionnel en France, et le mécénat d'entreprise qui, lui, se porte bien »,tempère Marianne Camus-Bouziane, adjointe à la déléguée générale de l'Admical, l'Association pour le développement du mécénat industriel et commercial, qui a enregistré depuis début 2004 la création de plus de trente nouvelles fondations d'entreprise, dont celles d'EADS, La Mondiale, Louis Bonduelle, Snecma et Veolia Environnement. Évidemment, la marge est encore grande en France, où le mécénat culturel représentait 197 millions d'euros en 2002, contre 1,2 milliard en Grande-Bretagne et 9,8 milliards aux États-Unis. Chez nous, la toute-puissance de l'État, bien qu'en perte de vitesse, reste déterminante.

Patrimoine culturel avant tout

« Les nouvelles dispositions fiscales adoptées récemment en faveur du mécénat sont une bonne chose, bien qu'elles favorisent avant tout le patrimoine culturel plus que l'art contemporain ou les arts vivants »,regrette Dominique Goutard, présidente de Vocatif, agence-conseil en mécénat. En témoignent les dernières actions les plus marquantes : l'acquisition d'une statue Dogon par Axa pour le musée Branly, la rénovation de la galerie des Glaces, à Versailles, financée par Vinci et celle de la galerie Apollon, au Louvre, par Total.« Aujourd'hui, le mécénat ne bute plus sur des contraintes juridiques ou fiscales, c'est plutôt une question de mentalité. Il suffit de trouver les arguments pour convaincre les entreprises »,assure Dominique Goutard.

Envoyer par mail un article

Fondation Pinault : le mécénat s'en remettra

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies